Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 08:07

 Depuis qu’elle est toute petite, Clémentine voit « des choses ». Elle a beau chercher dans sa mémoire, aussi loin que remontent ses souvenirs, il lui semble qu’il en a toujours été ainsi. Elle s’en trouve d’ailleurs très bien, ne s’en effraie pas le moins du monde. Pour elle, ce qui lui arrive est tout naturel et ne pose pas question.

Elle pensait même au début que les autres voyaient les mêmes « choses » qu’elle. Ce n’était pas le cas, bien entendu, ce qui provoqua quantité de discussions angoissées et d’interrogations au sein de sa famille et dans son entourage. On la montra à des médecins, à des spécialistes, à des psychiatres, mais rien n’y fit, les visions étaient toujours là.

Finalement, avec le temps, toutes ces complications eurent pour résultat de faire comprendre à Clémentine qu’il valait mieux dire à tout le monde qu’elle ne voyait plus rien du tout. Ainsi ses parents furent-ils soulagés : Clémentine était devenue une petite fille « normale », enfin !

Pourtant rien n’avait changé. Clémentine voyait toujours « des choses ». C’était comme si, entre ce monde-ci et un « ailleurs inconnu », une porte était restée entrouverte. Pour la plupart des gens, cette porte est hermétiquement fermée, ce qui leur interdit de voir autre chose que la vie terrestre, une manière sans doute de les contraindre à rester concentrés sur le présent.

Pour Clémentine, il n’en était pas ainsi. Elle était présente au monde, mais en même temps percevait un autre univers qui déroulait des scènes de vie sur un plan différent. C’était un peu comme si elle écoutait deux stations de radio en même temps, l’une à volume normal et l’autre en sourdine. Toutes sortes de personnages, connus ou inconnus pour la plupart allaient et venaient dans ce décor parallèle, vivaient comme vous et moi. C’était d’abord une transparence, puis, en fixant son attention, Clémentine en arrivait à percevoir ce monde aussi nettement que l’autre, celui que nous connaissons.

Les deux plans s’interpénétraient sans pour autant se gêner mutuellement. Une sorte de voile très ténu existait entre les deux, fixant une manière de frontière entre l’un et l’autre. Des échanges avaient lieu cependant. Combien de fois Clémentine n’a-t-elle pas été ainsi prévenue avant tout le monde de tel ou tel événement ! Si l’avertissement était d’importance, si quelque péril était annoncé, elle s’arrangeait pour en parler à la personne concernée, mais en y mettant les formes et avec beaucoup de précautions. Tous les arguments étaient permis, pourvu qu’il ne soit pas question des fameuses visions. Son secret, Clémentine s’était bien juré de le garder pour elle !

 

Clémentine occupait un emploi de secrétaire dans une petite entreprise fabriquant des tubes en caoutchouc. Par tous elle était considérée, malgré son jeune âge (elle n’avait pas trente ans),  comme une personne très avisée et de bon conseil. Elle était souriante, sa voix était douce et  réconfortante. Ses amis et collègues appréciaient son calme et sa gentillesse, son dévouement pour les autres.

 

Ce matin de janvier, Nicole, une amie et employée de l’entreprise, est venue voir Clémentine, or Clémentine n’est pas chez elle.

On la cherche partout, mais en vain. La gendarmerie ouvre une enquête, interroge les proches, cherche des indices, sans résultat. Il faut se rendre à l’évidence : Clémentine a bel et bien disparu sans laisser de traces !

 

« Clémentine a bel et bien disparu sans laisser de traces! »

 

Voilà. Faisons une pause. Mes doigts arrêtent un moment de jouer sur le clavier de l’ordinateur. Je me frotte les yeux et relis ce que je viens d’écrire : cette histoire de Clémentine qui m’est passée par la tête … Pourquoi l’ai-je écrite, au fait ? Je ne sais pas vraiment. Comment vais-je la terminer ? Je le sais encore moins. Il me faudrait trouver une chute …

 

J’étais en train de me dire depuis un moment que mon imagination faisant grève, je ferais mieux d’abandonner Clémentine à son sort et que je verrais plus tard, quand j’ai senti derrière mon épaule comme une présence.

Je me retourne. Vous avez deviné : Clémentine est là qui me sourit ! Ca alors !

L’effet de surprise passé, nous avons eu une longue discussion dont je vous passe les détails. Il faut dire que celle-ci se déroula sans qu’aucun mot ne fût prononcé. Comment dire ? Nous nous comprenions, c’est tout.

Pour résumer, Clémentine m’a confié qu’elle était partie faire un tour de « l’autre côté », c’est l’expression qu’elle a employée, qu’elle y passait un petit moment, s’amusait beaucoup et allait revenir dans quelque temps !

Ensuite elle a fait un geste de la main et a disparu.

 

Aujourd’hui, je m’adresse donc à tous les proches et amis de Clémentine ainsi qu’à la brigade de gendarmerie chargée des recherches. Que tout se rassurent, elle va très bien, les embrasse et leur dit à bientôt ! Sacrée Clémentine !

Je pense personnellement qu’elle devra tout de même s’excuser auprès d’eux à son retour pour avoir disparu ainsi sans prévenir. Je le lui ai dit d’ailleurs, enfin disons que je le lui ai fait comprendre : « Clémentine, ce sont des choses qui ne se font pas. » Elle a eu honte, évidemment, elle, si réfléchie habituellement. Aussi je pense qu’elle ne va pas tarder à revenir.

Quant à moi, depuis cette affaire, je me sens un peu bizarre et, ce qui est plus curieux,  je commence à voir de drôles de choses …

AG

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Solange 25/10/2010 20:08



Je sens que cette Clémentine va m'emmener dans un monde très intéressant.



ag86 26/10/2010 15:07



J'ai écrit plusieurs textes à la suite, mais la fin n'est pas encore sur le blog. Je l'aime bien, cette Clémentine !



Tony yves 16/12/2009 19:56


Bon alors si tui passes de l'autre côté tu nous laisse un petit mots pour ne pas que npus nous inquètons à notre tour


antoni lenormand 18/01/2009 22:03

Très sympa. On en aurait presque souhaité davantage !!! Merci la plume bleue...

Antoni LENORMAND
auteur de LA PRISON PASSIONNELLE ou de l'hypocrisie conspuée, aux éditions Elzévir

Marine 18/01/2009 11:13

=) waaaa t'es vraiment géniale ^^
Troop bien !!

Bonjour Et Bienvenue !

  • : La Plume Bleue
  • : La Plume bleue est un blog de poèmes et nouvelles écrits simplement au fil des jours, de l'actualité, des événements de la vie. Vous y trouverez également des textes en "parlanjhe" poitevin. Bonne visite !
  • Contact

 

Bonjour et bienvenue !

Alain GAUTRON    

 

 

Mon second blog :

02-banniere-cadre.jpg

 

Fables et écrits courts

 

 

 

vase-01.JPG

 

dessin PG 01

 

Guilde-fabulaire-02.jpg

 

 

 

  "La prose de la vie nous permet de survivre.

Mais vivre, c'est vivre poétiquement."

 

Stéphane HESSEL

(Le chemin de l'espérance)

 

Jean-Mauget-001.jpg

 

 

gyrovague-01.jpg

 

couverture

 

70 fables en vers

illustrées de photos en noir et blanc

par Yveline  (yg86)

150 pages

 

Ed. : TheBookEdition

 

Dans la rubrique "Rechercher un livre"

taper : FABLES

 

 

Pistil-logo.jpg

 

dyn007_original_150_153_gif_2568700_8474a34fc78041318210194.gif

 

à Line


Rechercher


L'homme d'un seul livre,

comment peut-il être libre ?

 

 

"Que la jeunesse y prenne garde !

Qu'elle n'aliène jamais sa conscience au bénéfice d'un parti, d'une idéologie, d'un homme !"

André Frossard


"La pollution de la planète n'est qu'un reflet extérieur d'une pollution psychique intérieure, celle de millions d'individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure." Eckhart Tolle

Aplumedor

Merci Line

 

 

gentillesse

 

Merci Sonya


 

Blog d'or
décerné par Lee Rony
le 30/07/09
Je le remercie
très chaleureusement.





Coeur de l'Amitié
Merci à
Bilitis
et Channig



Certificat
s
Merci à
Didier


certificat
prix-2010

Merci Emma

09122092229.gif
Merci Sissi
plume bleue

PARLANGHE POITEVIN

 

 


L’imaginaire hameau de La Beurlandrie, de la non moins imaginaire commune de Taupignac, véritable petit « Cloche-Merle » du Poitou, nous livre ici tous ses secrets. Dans une suite de courtes histoires reliées un peu à la manière d’un roman, l’auteur nous raconte, dans une langue truculente, les dires, les faits et gestes, les espoirs et les déboires de La Jheanne, La Simoune, Le Bicognard, La Grimaude, le thiuré, Sébastien l’facteur, et pi bin d’autes…
Alain Gautron est né en 1948 et a passé toute son enfance à Charroux. Dans ses textes, il retrouve son parler familial, le poitevin méridional commun au sud-Civraisien (sud de la Vienne) et au Ruffécois (Charente poitevine). — Préface d’Yves Gargouil, maire de Charroux et vice-président du Conseiller général de la Vienne.
En fin d’ouvrage, Eric Nowak propose une petite étude sur la langue de l’auteur, et la resitue dans l’ensemble poitevin et saintongeais.

Editions PyréMonde juillet 2009

 

Vient de paraître :

 

 

Patois 01 Nowak

 

blason-Poitou-Charentes.jpg

Tour Charlemagne

Catégories

Merci de votre visite !

 

 

 

rose notes

 

 


DIFFERENCES


Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

Notre Histoire est un long voyage ...

Les peuples ont mêlé leur sang.

Aberration, ce "Pur Lignage",

Celui dont tu te dis l'enfant !

 

N'es-tu pas Celte ou  fils de Rome,

D'Afrique, berceau des Humains,

Etre cosmopolite en somme,

Riche de tes parents lointains ?

 

Rien ici-bas n'est étranger,

Et si la haine fait recette,

C'est que notre oeil est abonné ...

Au petit bout de la lorgnette !

 

Mille couleurs et  non l'unique

Font tout le charme d'un décor.

Pourrait-on parler de musique

S'il n'existait qu'un seul accord ?

 

Ce sang qui coule dans nos veines

Porte en lui tous les souvenirs

De la grande Famille Humaine

Et tant d'Amour qui veut grandir !

 

Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

AG

A bientôt !

 

oiseau de l'amitié

 

 


couronne noel








musiciens-bretons.jpg

baudet.jpg

vaches.jpg

carte-paysanne.jpg

Ferrat 03

 

A.g-0001-copie-1.jpg