Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 10:58

Vous savez la nouvelle ? Clémentine est revenue, je l’ai rencontrée ! Pardonnez mon empressement, mais je ne pouvais retarder davantage le moment de vous en faire part. Quelle joie, quel soulagement !

Mais vous souhaitez peut-être que je vous narre les faits. Je vais m’y employer bien volontiers, c’est la moindre des choses.

Ce matin donc, j’effectuais comme chaque jour, depuis que je suis en vacances ici, ma promenade dans la campagne après le petit déjeuner, et comme j’arrivais au pied de la colline qui domine le village, j’aperçus, au milieu des vignes, une tache de couleur inhabituelle. Ajustant mes lunettes, je distinguai une femme. Elle était penchée en avant et paraissait cueillir des fleurs. Je ne sais pourquoi, j’eus à ce moment-là l’intuition qu’il ne pouvait s’agir que de Clémentine. Elle était vêtue d’une robe rose et portait un chapeau de paille.

Je demeurai un moment à me demander quelle attitude adopter. Et si c’était quelqu’un d’autre ? Mais non, c’était bien elle. Et puis il fallait que j’en aie le cœur net. Quittant la petite route, je me mis donc en devoir de gravir le coteau. Nous étions en été, la journée s’annonçait belle, les vignes étaient superbes, et puis j’avais tout mon temps.

Au fur et à mesure que j’avançais, j’étais conforté dans ma certitude. Elle me tournait le dos et pourtant cette manière de marcher, cette attitude, c’était elle à n’en pas douter. Je me trouvais maintenant à une trentaine de mètres, mais elle ne m’avait pas encore aperçu. M’approchant encore un peu, je risquai :

« Pardon Madame … »

Elle se retourna tranquillement, son bouquet de coquelicots à la main, et me répondit dans un sourire :

« Bonjour Monsieur. Enfin vous ! Il y a longtemps que je vous attendais !

- Clémentine ! … Vous me reconnaissez ?

- Bien sûr. Vous êtes l’auteur, celui qui m’a fait disparaître et envoyée ici !

- Mais c’est vous qui le vouliez. Vous vous souvenez ? Je ne l’ai pas dit au lecteur pour ménager le mystère, j’ai un peu romancé, mais c’est vous qui m’avez demandé s’il n’était pas possible de faire une petite escapade de l’autre côté ! C’était notre secret.

- J’en conviens, cela m’amusait … mais au début seulement.

- Et après ?

- Après, je l’ai regretté. Ma famille et mes amis me manquaient.

- Mais vous avez rencontré d’autres personnes, fait d’autres expériences …

- Oui, je vous en remercie d’ailleurs, mais ici, je ne me sens pas à ma place. Faites-moi retourner d’où je viens, s’il vous plaît !

- Mais Clémentine, que dites-vous ? Vous êtes revenue ! Je vous vois, vous me voyez, nous nous parlons, en voici la preuve, non ? Vous m’entendez ; vous êtes REVENUE !

- Revenue ? Où ?

- Mais sur Terre, dans le monde que vous connaissiez avant !

- Monsieur l’auteur, il faut que je vous explique quelque chose … Nous allons en parler en chemin. Ca vous dirait d’aller jusqu’au moulin ?

- Quel moulin ?

- Celui qu’on aperçoit là-bas dans la vallée. Vous n’êtes pas d’ici, ça se voit.

- Non, je suis en vacances.

- En vacances … si l’on veut.

- Mais …

- Je me demande même si vous avez votre permis.

- Quel permis ?

- Celui d’écrire, pardi, votre permis d’auteur !

- Mais oui, je l’ai, tenez, le voici.

- En effet, mais obtenu à la cinquième fois, il n’y a pas de quoi être fier ! Je comprends maintenant que vous soyez sujet aux accidents de personnages !

- Par exemple ?

- Moi par exemple ! Vous m’envoyez n’importe où et ensuite vous ne savez pas comment me sortir de là. Voilà ce que j’appelle un accident de personnage !

- C’est vrai, j’en suis désolé, je débute, vous comprenez. Je vous demande pardon.

- Vous pouvez. Tenez, asseyons-nous là, sur ce banc de pierre, je vais tout vous raconter, mais je vous préviens, attendez-vous à un choc !

- Vous m’effrayez. Est-ce donc si grave ?

- Ca dépend de vous. Je vous le demande encore une fois : faites-moi retourner d’où je viens !

- Mais c’est absurde, vous y êtes déjà !

- Je redoutais cette réponse. Avez-vous au moins votre stylo, un ordinateur, enfin quelque chose pour écrire ?

- Non, je suis en vacances !

- Et dire que je suis le personnage d’un écrivain pareil ! Qu’ai-je fait pour mériter ça ?

- Mais enfin, Clémentine !

- Pardon, je m’énerve, mais il y a de quoi ! Reprenons : Vous pensez que je suis revenue ?

- Oui, bien sûr, c’est évident !

- Non, non et non ! C’est vous qui êtes venu me trouver !

- Quoi ?

- Ecoutez-moi bien, Monsieur l’auteur : vous et moi sommes, en cet instant, tous les deux de « l’autre côté » ! Vous me comprenez ? »

Si je comprenais ! Elle avait dit cela  calmement, froidement. C’était donc ça, ces fameuses « vacances » !

A l’instant même un souffle glacé parcourut tout mon être.

AG

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Solange 27/10/2010 21:00



Brrr! Un frisson communicatif. Une histoire intéressante à suivre.



ag86 30/10/2010 07:55



Merci Solange de t'intéresser à Clémentine. Bisous



antoni lenormand 21/01/2009 20:58

C'est brillant ! Dire que l'on écrit souvent en respectant les règles du genre.
"Un accident de personnage" ? C'est énorme. Je suis navré de ne pas y avoir pensé auparavant. La plume bleue force le respect... clairement.

Antoni Lenormand
auteur de LA PRISON PASSIONNELLE ou de l'hypocrisie conspuée, aux éditions Elzévir.

slivania 21/01/2009 18:59

toctoc !!!
êtes vous rentré ?
ou alors je suis passée de l'autre bord
j'ai vraiment bien aimé cette histoire, la chute est géniale

Lee Rony 21/01/2009 18:51

Je suis sûr que tu as obtenu ton permis du premier coup.
Bravo ! ! !

Marine 21/01/2009 17:22

Ooh bah ça alors !! ^^
La fin est géniale bravo !!!
Revenez quand même bientôt hein monsieur l'auteur =) lol pleins de bisous !!

Bonjour Et Bienvenue !

  • : La Plume Bleue
  • : La Plume bleue est un blog de poèmes et nouvelles écrits simplement au fil des jours, de l'actualité, des événements de la vie. Vous y trouverez également des textes en "parlanjhe" poitevin. Bonne visite !
  • Contact

 

Bonjour et bienvenue !

Alain GAUTRON    

 

 

Mon second blog :

02-banniere-cadre.jpg

 

Fables et écrits courts

 

 

 

vase-01.JPG

 

dessin PG 01

 

Guilde-fabulaire-02.jpg

 

 

 

  "La prose de la vie nous permet de survivre.

Mais vivre, c'est vivre poétiquement."

 

Stéphane HESSEL

(Le chemin de l'espérance)

 

Jean-Mauget-001.jpg

 

 

gyrovague-01.jpg

 

couverture

 

70 fables en vers

illustrées de photos en noir et blanc

par Yveline  (yg86)

150 pages

 

Ed. : TheBookEdition

 

Dans la rubrique "Rechercher un livre"

taper : FABLES

 

 

Pistil-logo.jpg

 

dyn007_original_150_153_gif_2568700_8474a34fc78041318210194.gif

 

à Line


Rechercher


L'homme d'un seul livre,

comment peut-il être libre ?

 

 

"Que la jeunesse y prenne garde !

Qu'elle n'aliène jamais sa conscience au bénéfice d'un parti, d'une idéologie, d'un homme !"

André Frossard


"La pollution de la planète n'est qu'un reflet extérieur d'une pollution psychique intérieure, celle de millions d'individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure." Eckhart Tolle

Aplumedor

Merci Line

 

 

gentillesse

 

Merci Sonya


 

Blog d'or
décerné par Lee Rony
le 30/07/09
Je le remercie
très chaleureusement.





Coeur de l'Amitié
Merci à
Bilitis
et Channig



Certificat
s
Merci à
Didier


certificat
prix-2010

Merci Emma

09122092229.gif
Merci Sissi
plume bleue

PARLANGHE POITEVIN

 

 


L’imaginaire hameau de La Beurlandrie, de la non moins imaginaire commune de Taupignac, véritable petit « Cloche-Merle » du Poitou, nous livre ici tous ses secrets. Dans une suite de courtes histoires reliées un peu à la manière d’un roman, l’auteur nous raconte, dans une langue truculente, les dires, les faits et gestes, les espoirs et les déboires de La Jheanne, La Simoune, Le Bicognard, La Grimaude, le thiuré, Sébastien l’facteur, et pi bin d’autes…
Alain Gautron est né en 1948 et a passé toute son enfance à Charroux. Dans ses textes, il retrouve son parler familial, le poitevin méridional commun au sud-Civraisien (sud de la Vienne) et au Ruffécois (Charente poitevine). — Préface d’Yves Gargouil, maire de Charroux et vice-président du Conseiller général de la Vienne.
En fin d’ouvrage, Eric Nowak propose une petite étude sur la langue de l’auteur, et la resitue dans l’ensemble poitevin et saintongeais.

Editions PyréMonde juillet 2009

 

Vient de paraître :

 

 

Patois 01 Nowak

 

blason-Poitou-Charentes.jpg

Tour Charlemagne

Catégories

Merci de votre visite !

 

 

 

rose notes

 

 


DIFFERENCES


Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

Notre Histoire est un long voyage ...

Les peuples ont mêlé leur sang.

Aberration, ce "Pur Lignage",

Celui dont tu te dis l'enfant !

 

N'es-tu pas Celte ou  fils de Rome,

D'Afrique, berceau des Humains,

Etre cosmopolite en somme,

Riche de tes parents lointains ?

 

Rien ici-bas n'est étranger,

Et si la haine fait recette,

C'est que notre oeil est abonné ...

Au petit bout de la lorgnette !

 

Mille couleurs et  non l'unique

Font tout le charme d'un décor.

Pourrait-on parler de musique

S'il n'existait qu'un seul accord ?

 

Ce sang qui coule dans nos veines

Porte en lui tous les souvenirs

De la grande Famille Humaine

Et tant d'Amour qui veut grandir !

 

Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

AG

A bientôt !

 

oiseau de l'amitié

 

 


couronne noel








musiciens-bretons.jpg

baudet.jpg

vaches.jpg

carte-paysanne.jpg

Ferrat 03

 

A.g-0001-copie-1.jpg