Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 06:29



L'idée à la Simoune

 

Dimanche prochain 21 juillet, o y a la ballade à Taupignac, coumme tous les ans, et pis surtout la course cyclliste qui passe à la Beurlandrie, sû la nationale.

Alors la Simoune a eu une idée.

Volà déjhà longtemps qu'a rékiâme à son bounhoumme, le Bicognard, d' y ach'ter une machine à laver, mais li, l'fait la sourde oreille. Le dit qu'o coûte trop cher et pis qu'al a qu'à continuer à laver à la main, qu'o va ben d'même, que d'toute façon, ol'est un travail de fumelle de faire ça ! Ol'est pas li qui zou fait dezard ! Et thiès deux drôles, Henri et Paul qui rev'nant teurjhous d'l'école sales coumme deux gorets ! I te dis qu'a chôme pas, la Simoune, ah non ! Al a pas les deux pieds dans l'même sabot !

--Louis, qu'a y avait d'mandé encore un coup à matin, et ma machine à laver ?

--Tu m'vasses ! que l'y avait répondu. Laisse-mou tranthille avec tes grimaces ! M'en r'cause pus !

Et pis là-d'ssus l'était parti soué-disant à la pêche. I dis "soué-disant" pace thiô jhour-là, Sébastien l'facteur l'a vu rentrer chez la Jhanine. Ol'est li qui m'z'a dit. Enfin, moué, tout ça, o me r'gârde pas  !

Sû thiô coup, al'tait à bout d'nerfs, la Simoune, vous pensez. O f'llait prend' une décision, et vite. L'moument était v'nu.

Le vendredi, la volà partie à Taupignac avec sa bicykiette et sa p'tite remorque qui y sert à rapporter les commisions. Où qu'al a été ? Peursounne en a rin su, mais la Grimaude l'a vue rev'nir plusieurs foués et r'partir après avoir décharghé. Al a pas pu voir c'qu'ol'tait pace qu'o y avait une bâche sû la r'morque. Et pis a s'dépêchait, la Simoune, i vous zou garantis ! Pis qu'si les chins la couriant !

Mais l'dimanche matin, ol'a été aut' chouse ! Dès souleil levé, la volà partie : à pienes beurouettées, al'emportait daus affaires au fond d'son jhardin qui dounne sû l'bord de la grand' route : daus caisses, un parasol, une tab', daus chaises ... Un tour attendait pas l'aut'. Tout l'mond' s'y mettait, elle et ses deux drôles. Son bounhoumme, le Bicognard, li, l'y était point. Où qu'l'était ? Pas à la messe, dezard !

La Grimaude qui les voyait faire de sa cour dèpis un moument, curieuse coumme al'est, y d'mande :

--Qui qu'tu fais don avec thielle tab' et pis tout thiel attirail sû l'bord de la route ?

--I installe une buvette.

--Une buvette ?

--Voui, peur la course.

--Es-tu folle ? O faut pas faire daus chouses de même ! O y a daus papiers à faire. Tu vas avoir daus embêt'ments avec les ghendarmes, cré-mou ! Et pis peursounne vinra bouère là. Tu penses, l'èront tous chez la Nicole. L'vinront point bouère à la Beurland'rie  !

--I zou verrons ben.

--T'es folle qu'i t'dis, d'faire ça !

--Ah ! Et pis laisse-mou, i ai dau travail !

 

A midi déjhà, l'monde commenciant à arriver, avec le pique-nique et les chaises de campigne. Daus ghens qu'aviant pour de pas avoir de piace peur voir la course.

 

A la buvette, tout était prêt : sous l'parasol, la tab' était garnie d'bières, de vin et d'jhus d'fruits. En vraie patronne de bistrot, la Simoune avait mis son jholi tablier rose et fasait daus grands sourires à tout l'monde. O y avait étou ses deux drôles, Paul et Henri, ben'habillés, ben prop' peur une foué. L'seriant pas trop d'trois peur servir. L'ariant même pu êt' quat' si son bounhoumme avait v'lu v'nir. Mais o y avait pas eu moyen d'le décider. De tout' façon, l'avait dit qu'l'était pas d'accord sû l'princip' et que le v'lait pas s'en othiuper ni en entend' parler.

A deux heures, o y avait tout un'attroup'ment autour de la buvette. Et la course était même pas commencée.

 

A trois heures, le vin manquait et o y avait presque pus d'bière. Le jhus d'fruit avait disparu ; les drôles aviant tout sifflé. Ol'est vrai qu'o fasait chaud !

Comment faire ? La Simoune r'gâr'dait sa caisse : o y en avait là-d'dans daus euros ! Mais, la Simoune, vous la counnaissez ben : al'en a jhamais assez quand qu'o s'aghit d'arghent. Habillée dans la peau d'un' ours, qu'al'est, sûr que voui !

--Va à la cave, Henri, qu'a dit. Va qu'ri toutes les bouteilles que tu trouv'ras et ramène-les dans la beurouette. Et toué, Paul, va y aider, pauvre innocent, au ieu d'rester d'même  coumme un' âne !

Les drôles en avant pas eu peur longtemps. En deux temps trois mouv'ments, la tab' s'est r'trouvée couvertes de toutes sortes de bouteilles pienes de poussière et d'arentelles. Et là, mes pauv' z'amis ! Vous les ariez vus se jh'ter d'ssus coumme la misère sû l'paur' mond' ! O y avait daus ghens daus villaghes autour, Broute-Lumas, Pied d'Grole, Touche-Penon, daus ghens d'Taupignac, coumme Marcel et Gorgheton, et même de Potché ! Pis ben sûr thiès-là d'la Beurland'rie, tous pus assouéfés les uns qu'les aut' : Millin Gargasson, l'vieux Badinet, Célestin, et même daus jheunes : Sébastien , Farnand et la Marie, Gaston pis la Cécile ...

Et o y allait !

--Allez, patronne, remets-nous ça !

--Allez p'tit, rhabille-don l' drôle ! qu'o disait Gargasson.

--Dis-don, Simoune, qu'o dit Farnand, ol'est fich'trement bon ça ! Qui qu'ol'est ?

--Dau vin d'nout' production, qu'o dit la Simoune.

--O s'rait pas putout un ghenre de piquette d'agheasse ? qu'o dit Sébastien.

--Possib'.

--En tout cas, ol est bon. O y arait pas d'la gnôle étou d'dans ?

--Possib', qu'o répond la Simoune.

Al' allait d'un couté sû l'aut'. Pensez, al' avait pas l'temps d'faire la conversation.

--Pour sûr, qu'o dit Marcel, en boué-sans-soué avisé, ol'est meilleur que c'quo nous sert la Nicole !

--Sûr que voui, qu'o répond Trâlinet, l'garaghiste, qui v'nait d'arriver, et qui commençait à êt ben gai li-tou.

 

Au bout d'un moument, o restait pus rin. La course arrivait quasiment à sa fin. O y avait pus qu'un ou deux tours, mais autour de la tab', on'n'a qu'étiant pus capab' de les compter ou ben d'dire qui qu'était premier ou dernier.

Gargasson, li, parlait d' aller chercher sa bicykiette et d'faire la course, histoire de leur faire voir, à thiès jheunes bons à rin, c'que les vieux aviant encore dans les mollets.

Marcel et Gorgheton s'étiant mis à danser sû l'milleu d'la route et Célestin chantait "La Madelon".

Une dizaine de pochards de Touche-Penon s'étiant mis à danser eux tou, tous pus avinés les uns qu'les aut'.

Ol'a f'lu arrêter la course pace que plusieurs s'étaient affalés sû l'goudron et peuviant pus s'rel'ver.

Le maire Barnabé Galurin et le ghendarmes sont v'nus. L'avant fait circuler tout l'monde et embarqué la Simoune avec ses euros. Al'est r'sortie d'la ghendarmerie que l'soir.

Mais le lend'main, dans l'jhournal local "La feuille de chou de Taupignac', volà c'qu'o peuvait lire en première page :

BUVETTE SAUVAGE A LA BERLANDERIE

 

Simone, une femme courageuse a organisé dimanche dernier au lieu-dit "La Berlanderie" une buvette sauvage le long du passage de la course cycliste afin de pouvoir s'acheter un lave-linge destiné au ménage.

(...)

Ainsi, pour assurer à ses deux enfants une hygiène décente, Simone, en mère exemplaire qu'elle est,  n'a pas hésité à payer de sa personne et à braver la loi. Que son geste héroïque nous soit un exemple, à nous les femmes ! Femmes opprimées de tous les pays, unissez-vous !

Simone, nous te disons bravo et courage !

Signé : Martine Martin, présidente de l'OFLT*

 

*Organisation des Femmes Libérées Taupignacoises

 

D'un coup, la Simoune est dev'nue célèb'. Daus jhournalistes sont v'nus la voir. Al'a causé à la télé, aux actualités réghionales et même  à Tééfin !

Mais coumme o y avait dit la Grimaude, al'a eu thièques embêt'ments quand même et pis une amende, ben sûr. O fait pas daus chouses de même. Mais vous zou crérez si vous v'lez : l'amende, ol'est l'OFLT qui l'a payée ! "Une action militante" qu'ol a dit la femme dau maire, la Pauline Galurin, qu'est trésorière de l'association ( et même qu'à Barnabé, o y fait pas piaizi qu'sa femme s'othiupe de ça, mais paraîtrait qu'l'a rin a à dire, qu'ol'est pas li qui porte la thiulotte à la maison !  ).

Avec les euros d'la buvette, la Simoune a pu s'ach'ter une machine à laver toute moderne, même qu'o y reste encore de l'arghent, et avour, vous savez pas la nouvelle ?

Volà qu'a parl' d'ouvrir un bistrot dans l'villaghe !

 

AG

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Tony yves 30/12/2009 00:36


Bon je viens encore de passer un bon moment J'adore ces histoires en patois
Bonne nuit Alain
Amitiès
Tony Yves


ag86 04/01/2010 09:59


Merci Tony. Cela fait plaisir que notre vieux parler intéresse encore.
Amitiés


Bonjour Et Bienvenue !

  • : La Plume Bleue
  • : La Plume bleue est un blog de poèmes et nouvelles écrits simplement au fil des jours, de l'actualité, des événements de la vie. Vous y trouverez également des textes en "parlanjhe" poitevin. Bonne visite !
  • Contact

 

Bonjour et bienvenue !

Alain GAUTRON    

 

 

Mon second blog :

02-banniere-cadre.jpg

 

Fables et écrits courts

 

 

 

vase-01.JPG

 

dessin PG 01

 

Guilde-fabulaire-02.jpg

 

 

 

  "La prose de la vie nous permet de survivre.

Mais vivre, c'est vivre poétiquement."

 

Stéphane HESSEL

(Le chemin de l'espérance)

 

Jean-Mauget-001.jpg

 

 

gyrovague-01.jpg

 

couverture

 

70 fables en vers

illustrées de photos en noir et blanc

par Yveline  (yg86)

150 pages

 

Ed. : TheBookEdition

 

Dans la rubrique "Rechercher un livre"

taper : FABLES

 

 

Pistil-logo.jpg

 

dyn007_original_150_153_gif_2568700_8474a34fc78041318210194.gif

 

à Line


Rechercher


L'homme d'un seul livre,

comment peut-il être libre ?

 

 

"Que la jeunesse y prenne garde !

Qu'elle n'aliène jamais sa conscience au bénéfice d'un parti, d'une idéologie, d'un homme !"

André Frossard


"La pollution de la planète n'est qu'un reflet extérieur d'une pollution psychique intérieure, celle de millions d'individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure." Eckhart Tolle

Aplumedor

Merci Line

 

 

gentillesse

 

Merci Sonya


 

Blog d'or
décerné par Lee Rony
le 30/07/09
Je le remercie
très chaleureusement.





Coeur de l'Amitié
Merci à
Bilitis
et Channig



Certificat
s
Merci à
Didier


certificat
prix-2010

Merci Emma

09122092229.gif
Merci Sissi
plume bleue

PARLANGHE POITEVIN

 

 


L’imaginaire hameau de La Beurlandrie, de la non moins imaginaire commune de Taupignac, véritable petit « Cloche-Merle » du Poitou, nous livre ici tous ses secrets. Dans une suite de courtes histoires reliées un peu à la manière d’un roman, l’auteur nous raconte, dans une langue truculente, les dires, les faits et gestes, les espoirs et les déboires de La Jheanne, La Simoune, Le Bicognard, La Grimaude, le thiuré, Sébastien l’facteur, et pi bin d’autes…
Alain Gautron est né en 1948 et a passé toute son enfance à Charroux. Dans ses textes, il retrouve son parler familial, le poitevin méridional commun au sud-Civraisien (sud de la Vienne) et au Ruffécois (Charente poitevine). — Préface d’Yves Gargouil, maire de Charroux et vice-président du Conseiller général de la Vienne.
En fin d’ouvrage, Eric Nowak propose une petite étude sur la langue de l’auteur, et la resitue dans l’ensemble poitevin et saintongeais.

Editions PyréMonde juillet 2009

 

Vient de paraître :

 

 

Patois 01 Nowak

 

blason-Poitou-Charentes.jpg

Tour Charlemagne

Catégories

Merci de votre visite !

 

 

 

rose notes

 

 


DIFFERENCES


Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

Notre Histoire est un long voyage ...

Les peuples ont mêlé leur sang.

Aberration, ce "Pur Lignage",

Celui dont tu te dis l'enfant !

 

N'es-tu pas Celte ou  fils de Rome,

D'Afrique, berceau des Humains,

Etre cosmopolite en somme,

Riche de tes parents lointains ?

 

Rien ici-bas n'est étranger,

Et si la haine fait recette,

C'est que notre oeil est abonné ...

Au petit bout de la lorgnette !

 

Mille couleurs et  non l'unique

Font tout le charme d'un décor.

Pourrait-on parler de musique

S'il n'existait qu'un seul accord ?

 

Ce sang qui coule dans nos veines

Porte en lui tous les souvenirs

De la grande Famille Humaine

Et tant d'Amour qui veut grandir !

 

Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

AG

A bientôt !

 

oiseau de l'amitié

 

 


couronne noel








musiciens-bretons.jpg

baudet.jpg

vaches.jpg

carte-paysanne.jpg

Ferrat 03

 

A.g-0001-copie-1.jpg