Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 07:28

 

-         Bonjour Monsieur, excusez-moi de vous déranger. Vous êtes monsieur Poucet ?

-         Alphonse Poucet, c’est moi. Qu’est-ce que vous voulez ?

-         Je me présente : Mademoiselle Neige, assistante sociale.

-         Assistante sociale ? Vous me paraissez bien jeune pour être assistante sociale !

-         Sans doute, mais vous connaissez le proverbe : “Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas …”

-         Je sais, je sais. C’est pas parce qu’on est pauvre qu’on est inculte ! Bon, pourquoi vous êtes là ?

-         Monsieur Poucet, il paraît que vous maltraitez vos enfants ?

-         Qui vous a dit ça ? Je parie que c’est cette vieille chouette de Mère Michel !

-         C’est elle en effet qui a téléphoné au bureau.

-         Et qu’est-ce qu’elle vous a dit ?

-         D’abord que c’est vous qui lui avez pris son chat et ensuite que vous avez essayé de perdre vos enfants dans la forêt ! Elle vous a vus !

-         Ah ! C’est donc ça ! Pour le chat, je ne dis pas, mais …

-         Je me fiche du chat, Monsieur Poucet ! Mais est-il vrai que vous avez voulu perdre vos enfants ? Répondez !

-         Ben, oui, c’est vrai. Même qu’il faudra qu’on recommence parce que ça a raté la première fois !

-         Quoi ? Vous vous rendez compte de ce que vous dites ? C’est très grave !

-         Ben peut-être, mais moi je n’y peux rien !

-         Comment ça ?

-         Ben non. L’auteur a écrit le conte comme ça, on ne peut pas le changer ! Vous  l’avez lu, au moins, le conte, avant de venir ?

-         Heu, non. Je suis nommée seulement depuis hier.

-         Je comprends mieux ! … Tiens, tiens, voilà notre petit dernier ! Approche, mon petit, n’aie pas peur. Dis bonjour à la demoiselle.

-         Je n’ai pas peur. Bonjour Mademoiselle !

-         Bonjour. Comment t’appelles-tu ?

-         Lepetit, Mademoiselle.

-         Lepetit … c’est ton prénom ?

-         Ben oui. Lepetit Poucet. Et vous, je parie que vous vous appelez Blanche.

-         Mais oui. Comment as-tu deviné ?

-         Vous savez, Mademoiselle, ce n’est pas parce que je suis son père, mais ce petit-là est d’une intelligence supérieure et très en avance pour son âge ! Tout le monde le dit.

-         Dis-moi, Lepetit, je suis assistante sociale et …

-         Ne vous fatiguez pas, j’ai tout entendu. J’étais caché derrière la porte, une vieille habitude ... Laisse-nous, papa, si tu veux bien, j’ai à discuter avec Mademoiselle !

-         Bon, comme tu voudras, je vous laisse. Au revoir Mademoiselle.

-         Au revoir Monsieur Poucet ... Alors, Lepetit, qu’as-tu à me dire ?

-         Mademoiselle Neige, ne vous faites aucun souci, je vous assure que tout va s’arranger à la fin.

-         Ah bon ? Comment le sais-tu ?

-         Ben parce que j’ai lu le conte, tiens ! Alors, la fin, moi, je la connais ! Mais ne parlons plus de ça … Dites, je peux vous appeler Blanche ?

-         Mais bien sûr si cela te fait plaisir.

-         Vous êtes drôlement jolie ! Et vos cheveux, ce qu’ils sont beaux ! Ça vous dirait de venir prendre un café avec moi à la taverne de Peau d’Ane ? C’est juste après la clairière. Ça tombe bien, aujourd’hui, c’est le jour où elle fait des gâteaux ! Et puis après, si vous voulez, on pourra danser ! D’accord ?

PAN !

C’est le bruit que firent les cinq doigts de Blanche Neige sur la joue du petit effronté qui se sauva en courant sans demander son reste.

 

-         Quelle famille !

 

Telles furent les paroles définitives qu’elle prononça en quittant la maison.

 

AG

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

petitalan 25/03/2009 13:11

Que dire ? Disons-le : c'est sympa et frais. Bien à toi.

:0014:dom:0075: 25/03/2009 06:20

Fallait la trouver, celle-là ! tu mets quoi dans ton café, le matin ???Bon mercredi ! Bisoux.dom

crasyone 24/03/2009 19:40

blanche neige en assistante social : trop fort !!!

Lee Rony 24/03/2009 09:06

N'a-t-elle pas oublié sa chaussure de vair ?

slivania 24/03/2009 08:15

où tu vas chercher tout ça ?mince t'en as de l'imagination et un petit esprit "tordu"ça va plutît bien ensemblebises

Bonjour Et Bienvenue !

  • : La Plume Bleue
  • : La Plume bleue est un blog de poèmes et nouvelles écrits simplement au fil des jours, de l'actualité, des événements de la vie. Vous y trouverez également des textes en "parlanjhe" poitevin. Bonne visite !
  • Contact

 

Bonjour et bienvenue !

Alain GAUTRON    

 

 

Mon second blog :

02-banniere-cadre.jpg

 

Fables et écrits courts

 

 

 

vase-01.JPG

 

dessin PG 01

 

Guilde-fabulaire-02.jpg

 

 

 

  "La prose de la vie nous permet de survivre.

Mais vivre, c'est vivre poétiquement."

 

Stéphane HESSEL

(Le chemin de l'espérance)

 

Jean-Mauget-001.jpg

 

 

gyrovague-01.jpg

 

couverture

 

70 fables en vers

illustrées de photos en noir et blanc

par Yveline  (yg86)

150 pages

 

Ed. : TheBookEdition

 

Dans la rubrique "Rechercher un livre"

taper : FABLES

 

 

Pistil-logo.jpg

 

dyn007_original_150_153_gif_2568700_8474a34fc78041318210194.gif

 

à Line


Rechercher


L'homme d'un seul livre,

comment peut-il être libre ?

 

 

"Que la jeunesse y prenne garde !

Qu'elle n'aliène jamais sa conscience au bénéfice d'un parti, d'une idéologie, d'un homme !"

André Frossard


"La pollution de la planète n'est qu'un reflet extérieur d'une pollution psychique intérieure, celle de millions d'individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure." Eckhart Tolle

Aplumedor

Merci Line

 

 

gentillesse

 

Merci Sonya


 

Blog d'or
décerné par Lee Rony
le 30/07/09
Je le remercie
très chaleureusement.





Coeur de l'Amitié
Merci à
Bilitis
et Channig



Certificat
s
Merci à
Didier


certificat
prix-2010

Merci Emma

09122092229.gif
Merci Sissi
plume bleue

PARLANGHE POITEVIN

 

 


L’imaginaire hameau de La Beurlandrie, de la non moins imaginaire commune de Taupignac, véritable petit « Cloche-Merle » du Poitou, nous livre ici tous ses secrets. Dans une suite de courtes histoires reliées un peu à la manière d’un roman, l’auteur nous raconte, dans une langue truculente, les dires, les faits et gestes, les espoirs et les déboires de La Jheanne, La Simoune, Le Bicognard, La Grimaude, le thiuré, Sébastien l’facteur, et pi bin d’autes…
Alain Gautron est né en 1948 et a passé toute son enfance à Charroux. Dans ses textes, il retrouve son parler familial, le poitevin méridional commun au sud-Civraisien (sud de la Vienne) et au Ruffécois (Charente poitevine). — Préface d’Yves Gargouil, maire de Charroux et vice-président du Conseiller général de la Vienne.
En fin d’ouvrage, Eric Nowak propose une petite étude sur la langue de l’auteur, et la resitue dans l’ensemble poitevin et saintongeais.

Editions PyréMonde juillet 2009

 

Vient de paraître :

 

 

Patois 01 Nowak

 

blason-Poitou-Charentes.jpg

Tour Charlemagne

Catégories

Merci de votre visite !

 

 

 

rose notes

 

 


DIFFERENCES


Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

Notre Histoire est un long voyage ...

Les peuples ont mêlé leur sang.

Aberration, ce "Pur Lignage",

Celui dont tu te dis l'enfant !

 

N'es-tu pas Celte ou  fils de Rome,

D'Afrique, berceau des Humains,

Etre cosmopolite en somme,

Riche de tes parents lointains ?

 

Rien ici-bas n'est étranger,

Et si la haine fait recette,

C'est que notre oeil est abonné ...

Au petit bout de la lorgnette !

 

Mille couleurs et  non l'unique

Font tout le charme d'un décor.

Pourrait-on parler de musique

S'il n'existait qu'un seul accord ?

 

Ce sang qui coule dans nos veines

Porte en lui tous les souvenirs

De la grande Famille Humaine

Et tant d'Amour qui veut grandir !

 

Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

AG

A bientôt !

 

oiseau de l'amitié

 

 


couronne noel








musiciens-bretons.jpg

baudet.jpg

vaches.jpg

carte-paysanne.jpg

Ferrat 03

 

A.g-0001-copie-1.jpg