Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 11:03

 

 

Pièce en un acte et deux scènes

 

Scène I

 

Dans un beau parc. Etienne rencontre son ami, auteur de théâtre.

Costumes des années 1850.

 

ETIENNE

Bonjour, mon cher auteur. Est-ce donc là ta pièce ?

(Montrant le livret que l’auteur tient sous le bras)

Y donnes-tu ce rôle à Lulu ma maîtresse

Dont je t’avais parlé ? Certes, entre nous soit dit,

Elle brille au physique bien plus qu’en esprit …

 

L’AUTEUR

C’est peu dire en effet et l’on n’y peut rien faire !

A toi, mon cher ami, je ne veux point déplaire,

Mais elle dit les vers aussi bien que mon chat

Et parle de Boileau comme d’un charabia !

 

ETIENNE

C’est son défaut, hélas ! Mais elle a d’autres charmes,

Un petit air mutin, des yeux qui vous désarment …

Chut ! La voici qui vient. Je te laisse, mon vieux.

Pour le rôle, si tu …

 

L’AUTEUR

                              Va. J’ai fait pour le mieux !

 

 

 


Scène II

 

Lulu et l’auteur

 

LULU

Bien le bonjour, Monsieur ! Auriez-vous vu Etienne ?

 

L’AUTEUR

Il s’en vient de partir.

 

LULU

                            Mais qu’à cela ne tienne,

C’est vous que je voulais voir en particulier

Pour parler de la chose que vous écrivez.

C’est que, Monsieur l’auteur, on m’a parlé d’un rôle …

Pardon de m’excuser, je dois vous sembler drôle,

Mais écoutez mon cœur. Le sentez-vous qui bat 

Dès qu’on parle théâtre ? Ah ! Monsieur, touchez là !

 

L’AUTEUR (s’exécutant)

Madame, quel émoi !

 

LULU

                               Est-il triste ou comique ?

 

L’AUTEUR

Je dirais que ce rôle est plutôt … romantique.

 

LULU

Mon rêve ! Que c’est beau ! Etienne en sera fou !

 

L’AUTEUR

Madame, il est certain qu'il sera fier de vous !

 

LULU

Je veux un bel habit, quelque chose de riche,

Avec un éventail et mon nom sur l’affiche !

 

L’AUTEUR

Comme vous y allez !

 

LULU

                              Je présente bien, non ?

(Elle tourne sur elle-même plusieurs fois

faisant voler sa longue robe.)

 

L’AUTEUR

Vous êtes la Beauté, de cela je réponds !

 

LULU

Merci. Mon partenaire et le nom de la pièce ?

 

L’AUTEUR

J’hésite encore un peu, et mon Dieu, rien ne presse !

 

LULU

J’exige qu’il soit jeune et surtout qu’il soit beau !

 

L’AUTEUR

Soyez sans crainte, il est un homme comme il faut.

 

LULU

Dites, je le connais ? Pas trop sérieux, quand même ?

Oh ! Dites-moi son nom, que je sache qui j’aime !

 

L’AUTEUR

J’ai songé pour ce rôle à Lucien Philippon.

 

LULU

Quoi ? Ce niais ridicule et couvert de boutons ?

 

L’AUTEUR

Il dit fort bien les vers, sort du conservatoire …

 

LULU

Ivrogne patenté qui aime aussi les boire !

 

L’AUTEUR

Pardon ... Les boire ?

 

LULU

                   Oui, les verres ! (Elle insiste : les verrrres)

 

L’AUTEUR

                                            Ah ! J’ai compris !

Malicieuse avec ça, et qui fait de l’esprit ! (Il rit)

 

LULU

Etienne sur ce point bien souvent me querelle.

Il me dit : « Lulu, contente-toi d’être belle ! »

Mais c’est plus fort que moi, mon naturel joyeux,

Mon esprit, mon humour me font parler pour deux !

 

L’AUTEUR

Nous en sommes ravis, ne changez rien, Madame !

Oublions ce Lucien, je ne veux point de drame.

 

LULU

Je vous en remercie. Mais plus précisément,

Mon personnage aura-t-il du tempérament ?

 

L’AUTEUR

Pour résumer, disons que vous jouez l’ingénue…

 

LULU

Pardon ? Je ne suis pas une fille des rues !

Je veux jouer HABILLEE ! Voyez-vous le pervers !

 

L’AUTEUR

Mais non, voyons, vous comprenez tout de travers !

Ce mot-là signifie : rôle de jeune fille !

 

LULU

Ah bon ! Mais ne me prenez pas pour une bille !

 

L’AUTEUR

Je ne me permettrais, étant homme d’honneur !

 

LULU

Et ce rôle, il faudra le connaître par cœur ?

 

L’AUTEUR

Pour un acteur, ma foi, c’est la moindre des choses !

 

LULU

A la fin du spectacle, on m’offrira des roses ?

 

L’AUTEUR

Il se peut en effet …

 

LULU

                                Et on m’applaudira ?

 

L’AUTEUR

L’auteur est comme vous. L’avenir le dira !

 

LULU

Et il n’est pas trop long ?

 

L’AUTEUR (sans réfléchir)

                                  L’avenir ? Ca, mystère !

 

LULU

Non ! Mon rôle ! Vous l’avez bien écrit, j’espère !

 

L’AUTEUR

On ne peut mieux, je crois.

 

LULU

(Montrant un livret que l’auteur tient maintenant à la main)

                                          Mais quel est ce cahier ?

 

L’AUTEUR

Le manuscrit, Madame, à peu près terminé.

 

LULU

Montrez-moi par pitié ce que j’aurai à dire ! (Elle trépigne)

 

L’AUTEUR

C’est tout juste à la fin. On a tôt fait de lire !

(Il lui tend le livret. Elle lit)

 

LULU

Je dis « Ah ! », et c’est tout ?

 

L’AUTEUR

                                        Mais ce « Ah ! », c’est beaucoup !

Il résume à lui seul tout le récit d’un coup !

 

LULU

Monsieur, vous vous moquez ! J’attendais des répliques … (Elle pleure)

 

L’AUTEUR

Ne vous alarmez point, attendez que j’explique :

Vous jouez l’ingénue, amoureuse en secret

D’un très beau chevalier qui s’en va guerroyer,

Et l’on parle de vous tout au long de la pièce !

Mais on ne vous voit pas ...

 

LULU

C’est là que le bât blesse ! (Pleurant de plus belle)

 

L’AUTEUR

Vous n’entrez sur la scène qu’à la toute fin

Pour vous entendre dire par un spadassin :

« Le chevalier est mort ! » L’instant sera sublime !

 

LULU

C’est là que je dis : »Ah ! » ? (Reniflant)

 

L’AUTEUR

                                      C’est là.

 

LULU

                                              C’est bien minime ! (gros sanglots)

 

L’AUTEUR

Il faut vous entraîner. Il y a cent façons

De faire avec ce « Ah ! » naître de l’émotion.

C’est là des grands acteurs la marque du génie

De faire avec un mot naître la tragédie

Ou susciter le rire, et j’en connais plus d’un

Qui pour pareil emploi …

 

LULU

                           Vous croyez ? (Essuyant ses larmes)

 

L’AUTEUR

                                                C’est certain !

D’ailleurs j’ai sur les rangs déjà une autre actrice …

 

LULU

Rassurez-moi, Monsieur, serait-ce Béatrice ?

 

L’AUTEUR

C’est elle assurément.

 

LULU

                                 J’accepte ! Il faut signer ?

 

L’AUTEUR

Pourquoi pas ? Signez sur le livret. (Elle signe avec empressement)

Pour les répétitions, travaillez bien la grâce,

N’oubliez pas le « Ah ! », mirez-vous dans la glace.

Mettez-y votre cœur !

 

LULU

                                  Je pourrai m’évanouir ?

Lever les bras au ciel et, pourquoi pas, mourir ? (Il acquiesce de la tête)

C’est beau ! Merci Monsieur, ce rôle, je l’adore !  

(Elle lui saute au cou, puis se ravisant :)

Je dis « Ah ! » une fois … trois, ce serait mieux, non ?

 

L’AUTEUR

Un seul « Ah ! » suffira. Trois, ce serait trop long !

 

RIDEAU

 

AG

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Antoni 11/08/2011 08:16



Salut Alain, si tu es également particulièrement doué pour le théâtre classique, jusqu'où ton talent va-t-il te mener ?


Ah-mitiés.



Line 07/08/2011 14:29



bon dimanche


 


prends le temps de souffler !....


 


j'ai du monde eau 28 degrès j'en profite plongée sous-marine


 


 


bisous à vous



Philippe D 03/08/2011 08:44



Je vois la scène. Superbe texte! Bravo pour ces mots et pour l'imagination!



Rose 26/07/2011 01:45



Alors là, j'applaudis cette pièce des deux mains!


Tellement bien écrite! Bravo.


Merci Alain pour ce délicieux moment.


Bises


Rose



Line 25/07/2011 19:29



Ah ! Ah! Ah!


 


bonne soirée


 



Bonjour Et Bienvenue !

  • : La Plume Bleue
  • : La Plume bleue est un blog de poèmes et nouvelles écrits simplement au fil des jours, de l'actualité, des événements de la vie. Vous y trouverez également des textes en "parlanjhe" poitevin. Bonne visite !
  • Contact

 

Bonjour et bienvenue !

Alain GAUTRON    

 

 

Mon second blog :

02-banniere-cadre.jpg

 

Fables et écrits courts

 

 

 

vase-01.JPG

 

dessin PG 01

 

Guilde-fabulaire-02.jpg

 

 

 

  "La prose de la vie nous permet de survivre.

Mais vivre, c'est vivre poétiquement."

 

Stéphane HESSEL

(Le chemin de l'espérance)

 

Jean-Mauget-001.jpg

 

 

gyrovague-01.jpg

 

couverture

 

70 fables en vers

illustrées de photos en noir et blanc

par Yveline  (yg86)

150 pages

 

Ed. : TheBookEdition

 

Dans la rubrique "Rechercher un livre"

taper : FABLES

 

 

Pistil-logo.jpg

 

dyn007_original_150_153_gif_2568700_8474a34fc78041318210194.gif

 

à Line


Rechercher


L'homme d'un seul livre,

comment peut-il être libre ?

 

 

"Que la jeunesse y prenne garde !

Qu'elle n'aliène jamais sa conscience au bénéfice d'un parti, d'une idéologie, d'un homme !"

André Frossard


"La pollution de la planète n'est qu'un reflet extérieur d'une pollution psychique intérieure, celle de millions d'individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure." Eckhart Tolle

Aplumedor

Merci Line

 

 

gentillesse

 

Merci Sonya


 

Blog d'or
décerné par Lee Rony
le 30/07/09
Je le remercie
très chaleureusement.





Coeur de l'Amitié
Merci à
Bilitis
et Channig



Certificat
s
Merci à
Didier


certificat
prix-2010

Merci Emma

09122092229.gif
Merci Sissi
plume bleue

PARLANGHE POITEVIN

 

 


L’imaginaire hameau de La Beurlandrie, de la non moins imaginaire commune de Taupignac, véritable petit « Cloche-Merle » du Poitou, nous livre ici tous ses secrets. Dans une suite de courtes histoires reliées un peu à la manière d’un roman, l’auteur nous raconte, dans une langue truculente, les dires, les faits et gestes, les espoirs et les déboires de La Jheanne, La Simoune, Le Bicognard, La Grimaude, le thiuré, Sébastien l’facteur, et pi bin d’autes…
Alain Gautron est né en 1948 et a passé toute son enfance à Charroux. Dans ses textes, il retrouve son parler familial, le poitevin méridional commun au sud-Civraisien (sud de la Vienne) et au Ruffécois (Charente poitevine). — Préface d’Yves Gargouil, maire de Charroux et vice-président du Conseiller général de la Vienne.
En fin d’ouvrage, Eric Nowak propose une petite étude sur la langue de l’auteur, et la resitue dans l’ensemble poitevin et saintongeais.

Editions PyréMonde juillet 2009

 

Vient de paraître :

 

 

Patois 01 Nowak

 

blason-Poitou-Charentes.jpg

Tour Charlemagne

Catégories

Merci de votre visite !

 

 

 

rose notes

 

 


DIFFERENCES


Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

Notre Histoire est un long voyage ...

Les peuples ont mêlé leur sang.

Aberration, ce "Pur Lignage",

Celui dont tu te dis l'enfant !

 

N'es-tu pas Celte ou  fils de Rome,

D'Afrique, berceau des Humains,

Etre cosmopolite en somme,

Riche de tes parents lointains ?

 

Rien ici-bas n'est étranger,

Et si la haine fait recette,

C'est que notre oeil est abonné ...

Au petit bout de la lorgnette !

 

Mille couleurs et  non l'unique

Font tout le charme d'un décor.

Pourrait-on parler de musique

S'il n'existait qu'un seul accord ?

 

Ce sang qui coule dans nos veines

Porte en lui tous les souvenirs

De la grande Famille Humaine

Et tant d'Amour qui veut grandir !

 

Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

AG

A bientôt !

 

oiseau de l'amitié

 

 


couronne noel








musiciens-bretons.jpg

baudet.jpg

vaches.jpg

carte-paysanne.jpg

Ferrat 03

 

A.g-0001-copie-1.jpg