Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 22:43


4306873421_e58ba1d821.jpg


 

Un chat devenu vieux

Irritait fort son maître. 

 

« Ne ferais-tu pas mieux,

Au lieu de te repaître

A mes frais tout le jour,

De te montrer serviable,

Chassant de mon séjour

Souris et rats, que diable ? »

 

Minet ne broncha pas.

 

Au comble de la rage,

L’homme saisit le chat,

Le mit dans une cage

Et jeta dans le puits

Ce fardeau inutile,

Puis satisfait de lui

S’en alla boire en ville.

 

Il vit à son retour fondre tout son courage :

Son garçon rabotait et sciait à grand bruit. 

« Que fais-tu là, mon fils ?

                      - Trois fois rien  : une cage

Pour quand tu seras vieux te jeter dans le puits ! »

 

Brisé de repentance,

L’homme porta secours

Au félin qui, par chance,

Vivait. Il vit toujours !

 

AG

D’après une histoire lue sur internet

 

3945437177_e32407f92d.jpg

 

images flickr

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Solange 24/10/2010 22:40



Parait-il que les chats ont plusieurs vies, mais en est-il de même pour nous? Vaut mieux pas prendre de chance.



ag86 26/10/2010 14:40



Grande question ... Bonne journée



nadine 24/07/2010 04:16



oh, l'horrible monsieur, je reconnaîs bien là, la  cruauté  de l'homme, Tu n'es plus bon à rien , donc poubelle!Cette histoire n'est pas loin de la réalité hélas , désolé pour les
lectrices, mais je l'entends souvent de la bouche mal famée d'un ingrat !


Je rejoinds la fin de l'histoire en disant "Qui vivra , verra"! et na!!!


nadine.



ag86 25/07/2010 10:50



Enfin, tout n'est pas mauvais dans l'humain, heureusement !


Bon dimanche à toi.



liedich 21/07/2010 22:31



alors il jeta sa vie et celle des autres. Se jetant il commença a vivre de l'autre. Car l'autre qu'est on ? J'aime l'oeil pose sur moi car il me fait exister. Un jour, un verre à la main, ej
te dirais Copain. Comment le chat miaule de mon malheur et comment je me gratte de se st ourments. Mais un jour. Pas Avant. 


Dors mon fils.


 


Michel. 



ag86 23/07/2010 11:29



Sans l'autre en effet, nous ne sommes rien. On existe toujours par rapport à ... C'est ainsi que chacun se construit, pas à pas, de concert avec l'autre. Merci de tes mots, Michel. Douce journée
à Toi. Amitiés



Blanche DREVET 21/07/2010 14:08



Considérer les vieux comme des fardeaux inutiles , c'est oublier que l'on sera vieux à notre tour ! : très jolie fable , Alain, comme toutes celles que tu écris  et nous avons tous besoin de
fables pour sourire de nos travers et de cuex d'autrui ! bonne après-midi sous la bienfaisante pluie !


Blanche



ag86 23/07/2010 09:17



Merci Blanche. Un jour que je poussais le fauteuil roulant de ma mère, une soignante de la maison de retraite me dit avec un sourire: " Il y a soixante ans, c'était elle qui vous poussait." De
quoi réfléchir ... Amitiés



ANTONI 21/07/2010 11:39



Très sympa. Comme quoi, il ne faut jamais laisser de compagnon derrière soi, sinon gare au retour de bâton !!!



ag86 22/07/2010 15:32



Merci Antoni. Belle soirée à vous deux.



Bonjour Et Bienvenue !

  • : La Plume Bleue
  • : La Plume bleue est un blog de poèmes et nouvelles écrits simplement au fil des jours, de l'actualité, des événements de la vie. Vous y trouverez également des textes en "parlanjhe" poitevin. Bonne visite !
  • Contact

 

Bonjour et bienvenue !

Alain GAUTRON    

 

 

Mon second blog :

02-banniere-cadre.jpg

 

Fables et écrits courts

 

 

 

vase-01.JPG

 

dessin PG 01

 

Guilde-fabulaire-02.jpg

 

 

 

  "La prose de la vie nous permet de survivre.

Mais vivre, c'est vivre poétiquement."

 

Stéphane HESSEL

(Le chemin de l'espérance)

 

Jean-Mauget-001.jpg

 

 

gyrovague-01.jpg

 

couverture

 

70 fables en vers

illustrées de photos en noir et blanc

par Yveline  (yg86)

150 pages

 

Ed. : TheBookEdition

 

Dans la rubrique "Rechercher un livre"

taper : FABLES

 

 

Pistil-logo.jpg

 

dyn007_original_150_153_gif_2568700_8474a34fc78041318210194.gif

 

à Line


Rechercher


L'homme d'un seul livre,

comment peut-il être libre ?

 

 

"Que la jeunesse y prenne garde !

Qu'elle n'aliène jamais sa conscience au bénéfice d'un parti, d'une idéologie, d'un homme !"

André Frossard


"La pollution de la planète n'est qu'un reflet extérieur d'une pollution psychique intérieure, celle de millions d'individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure." Eckhart Tolle

Aplumedor

Merci Line

 

 

gentillesse

 

Merci Sonya


 

Blog d'or
décerné par Lee Rony
le 30/07/09
Je le remercie
très chaleureusement.





Coeur de l'Amitié
Merci à
Bilitis
et Channig



Certificat
s
Merci à
Didier


certificat
prix-2010

Merci Emma

09122092229.gif
Merci Sissi
plume bleue

PARLANGHE POITEVIN

 

 


L’imaginaire hameau de La Beurlandrie, de la non moins imaginaire commune de Taupignac, véritable petit « Cloche-Merle » du Poitou, nous livre ici tous ses secrets. Dans une suite de courtes histoires reliées un peu à la manière d’un roman, l’auteur nous raconte, dans une langue truculente, les dires, les faits et gestes, les espoirs et les déboires de La Jheanne, La Simoune, Le Bicognard, La Grimaude, le thiuré, Sébastien l’facteur, et pi bin d’autes…
Alain Gautron est né en 1948 et a passé toute son enfance à Charroux. Dans ses textes, il retrouve son parler familial, le poitevin méridional commun au sud-Civraisien (sud de la Vienne) et au Ruffécois (Charente poitevine). — Préface d’Yves Gargouil, maire de Charroux et vice-président du Conseiller général de la Vienne.
En fin d’ouvrage, Eric Nowak propose une petite étude sur la langue de l’auteur, et la resitue dans l’ensemble poitevin et saintongeais.

Editions PyréMonde juillet 2009

 

Vient de paraître :

 

 

Patois 01 Nowak

 

blason-Poitou-Charentes.jpg

Tour Charlemagne

Catégories

Merci de votre visite !

 

 

 

rose notes

 

 


DIFFERENCES


Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

Notre Histoire est un long voyage ...

Les peuples ont mêlé leur sang.

Aberration, ce "Pur Lignage",

Celui dont tu te dis l'enfant !

 

N'es-tu pas Celte ou  fils de Rome,

D'Afrique, berceau des Humains,

Etre cosmopolite en somme,

Riche de tes parents lointains ?

 

Rien ici-bas n'est étranger,

Et si la haine fait recette,

C'est que notre oeil est abonné ...

Au petit bout de la lorgnette !

 

Mille couleurs et  non l'unique

Font tout le charme d'un décor.

Pourrait-on parler de musique

S'il n'existait qu'un seul accord ?

 

Ce sang qui coule dans nos veines

Porte en lui tous les souvenirs

De la grande Famille Humaine

Et tant d'Amour qui veut grandir !

 

Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

AG

A bientôt !

 

oiseau de l'amitié

 

 


couronne noel








musiciens-bretons.jpg

baudet.jpg

vaches.jpg

carte-paysanne.jpg

Ferrat 03

 

A.g-0001-copie-1.jpg