Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 14:31

 

colombe.jpg

 

 

Un marchand de canons s'en vint, fortune faite,

Habiter la maison voisine d'un poète.

Ils se croisaient souvent, se saluant d'un mot,

L'un dans sa Mercedes, l'autre sur son vélo.

Le marchand de canons se riait en lui-même

De ce faiseur de rime et de tous ses poèmes,

Jusqu'au jour où quelqu'un lui montra tout de bon

Que les mots portent bien plus loin que les canons...

 

AG

Repost 0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 10:41

 

ecureuil-autoroute.jpg

 

 

-Maman, les humains sont fous,

Avec leurs automobiles !

Il en venait de partout !

Ces bolides imbéciles

Ont bien failli nous tuer !

 

Ainsi parlaient à leur mère,

A deux doigts de suffoquer,

Un écureuil et son frère

De quelques mois son cadet.

 

-Comment ? Ôtez-moi d'un doute :

Dites-moi que vous n'avez

Pas traversé l'autoroute ?

 

Dès le lendemain matin,

Prise d'une crainte folle,

Elle inscrivit ses bambins

Dans une école !

 

 

Ignorance,

"Mère de tous les maux! *

 

 

AG

 

 

*Mot de Rabelais

Repost 0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 13:57

 

Biquette.jpg

 

 

 

Debout face à la mangeoire,

Biquette attend son dîner.

Elle aimerait aussi boire,

Car il fait chaud, c'est l'été.

 

Mais hélas, point de repas !

Un haut-parleur lui grésille :

-L'ordinateur-ne-veut-pas,

Non-tu-n'auras-rien-ma-fille !

 

-Pourtant j'ai fait comme il faut,

Dit la bête, pathétique,

On m'a greffé sous la peau

Une puce électronique,

 

Et jamais un seul faux pas,

J'ai toujours été gentille...

-L'ordinateur-ne-veut-pas,

Non-tu-n'auras-rien-ma-fille !

 

Au comble de l'affliction,

Biquette enrage, fulmine.

Et personne à l'horizon,

Que cette infâme machine !

 

Par bonheur un écolier

Qui passait là d'aventure,

Lui donna par la clôture

La moitié de son goûter !

 

Vive la pensée unique

Et la puce électronique !*

 

AG

 

*Ce n'est pas l'avis de Biquette, le mien non plus !

 

La chèvre représentée sur la photo

n'est pas Biquette, mais sa cousine

qui vit en liberté.

 

 

 

Repost 0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 09:56

 

rire.jpg

 

 

Que venait faire à Tombouctou

Un vieux fakir, mangeur de clous ?

Sans rien savoir de cette affaire,

Chacun lançait son commentaire :

"Moi, je n'aime pas ça du tout,

Tous les fakirs sont des filous !"

Et d'imaginer tant d'histoires

Que l'on finissait par y croire...

Allez donc mettre sur la touche

La folle "Déesse aux cent bouches" !

 

Ce fakir n'est jamais venu,

C'était juste un bruit qui avait couru.

 

Rumeur, quand tu nous tiens...

 

AG

 

"la Déesse aux cent bouches" : emprunt à Georges Brassens

photo YG

 

myosotis.jpg

 

Je suis peu présent en ce moment, mais je ne vous oublie pas.

Merci de vos visites et de vos commentaires.

A très bientôt !

Amitiés

Alain

Repost 0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 11:13

 

lion-01.jpg

 

 

Le roi des animaux, parmi tous ses sujets,

Cherchait un bon ministre et n'en pouvait trouver.

Il conçut le dessein de les mettre à l'épreuve.

L'idée en soi n'était pas neuve !

 

A renfort de tambours, il fit courir le bruit

Qu'il allait disparaître et son trône avec lui.

Aussitôt de partout chacun se précipite

Pour être au palais au plus vite !

 

On se bouscule, on vocifère et l'on se bat.

Le lion, depuis sa tour, suit tout ce branle-bas,

Ne sachant que penser de l'horrible spectacle.

Son projet tourne à la débâcle !

 

Un seul de ses sujets pourtant est resté coi.

Le roi prend sa lorgnette, il veut savoir pourquoi :

Ce n'est qu'un limaçon, trop lent pour l'abordage !

Personne à qui se fier... Dommage !

 

Mais ce n'est qu'une fable,

Un récit farfelu.

Les humains, c'est connu,

Sont bien plus raisonnables !

 

AG

 

 

Illustration : Karl Girardet

Fables de La Fontaine

Mame - 1953

Repost 0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 08:44

 

merle-01.jpg

 

 

Un jeune merle, un oiselet,

Se prit le cou dans un collet.

Pour le renard, la bonne aubaine,
Mais pour l'autre, une fin certaine !

L'oiseau ne se démonta point :

 

- Je ne suis pas gras, j'en suis loin !

Ne vois-tu pas, vers le village,

Portant panier d’œufs et fromages,

Cette fermière qui s'en vient ?

Renard, je t'offre ce festin

Si tu me libères, parole !

 

Renard cède, l'oiseau s'envole

Vers la femme, lui tourne autour.

Pour l'attraper, celle-ci court,

Déposant là ses victuailles.

Renard s'en charge et fait ripaille

Tandis qu'à l'autre bout du champ,

Le merle amuse en voletant

La paysanne imprévoyante.

 

Lorsque repu, par une sente,

Goupil regagne les buissons,

D'un coup d'aile, notre oisillon

Au sein du bel azur s'élance.

 

Maudissant son insouciance,

La femme reprend son panier,

En pleurant dans son tablier...

 

AG

 

D'après un conte poitevin

Repost 0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 09:15

 

vigne01.jpg

 

 

De ma vigne, un merle voleur

A picoré deux belles grappes.

Je l'ai vu : il saute en hauteur,

D'un coup de bec, il les attrape !

 

- C'est mon raisin, monsieur l'oiseau !

Ne suis-je pas propriétaire

De ce lopin, payant l'impôt,

Acte signé devant notaire ?

 

Le passereau m'a ri au nez :

 

- Ce n'était là que mon salaire

Pour vous avoir débarrassé

Des limaces et des diptères

Qui sans moi, vous auraient tout pris !

Permettez que je le claironne :

La terre m'appartient aussi !

...

- Ces deux grappes, je te les donne !

 

AG

Repost 0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 07:57

 

tortue-02.jpg

 

 

Sous les chauds rayons du soleil,

Une tortue à son réveil

Regarde les gens qui passent,

Du bas de sa carapace :

- Comme ils sont grands,

C'est effrayant !

 

girafe-01.jpg

 

 

- Sans te vexer, dit la girafe,

Souffre un instant que je m'esclaffe :

Ils me semblent tout petits,

Au contraire, vus d'ici,

Bien minuscules,

Et ridicules !

 

ecurueil-03.jpg

 

- Qui a tort et qui a raison ?...

Qu'on soit girafe ou bien tortue,

On voit le monde à sa façon,

C'est affaire de point de vue !

 

AG

Repost 0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 07:48

 

tour.jpg

 

 

Afin de faire montre aux peuples d'alentour

De sa grande puissance,

On raconte qu'un roi fit bâtir une tour

IMMENSE,

Un défi sans pareil à la face des dieux,

Et dont le fier sommet semblait narguer les cieux.


Un ermite passa. Il contemplait l'ouvrage.

Le monarque intrigué demanda son avis.

Un aigle à cet instant volait dans les parages,

Cherchant probablement un endroit pour son nid.

Quand il se fût posé tout là-haut sur le faîte :

"Je me demande, dit le vieux sage, ô grand roi,

Ce que peut bien penser cet oiseau sur le toit...

Mais ta tour est parfaite !"

 

AG

Repost 0
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 23:00

 

poule.jpg

 

 

 

Toute la basse-cour au complet tient séance :

Les animaux sont là, des poussins au mouton

Afin de statuer sur une doléance

A soumettre au fermier de la part du cochon.

 

-Mes amis, dit le porc, voici venir l'hiver !

Tous avez bon plumage ou bien chaude fourrure.

Contrairement à vous, je suis nu comme un ver,

Et le froid m'est cruel. Rien qu'une couverture...

 

-N'as-tu pas sous la couenne une couche de lard

Propre à te préserver des frimas ? dit la poule.

 

-Voilà qui est mesquin ! lui lança le canard,

Indigne et malvenu ! (Mouvements dans la foule)

 

-Merci, mon cher Colvert. Si j'avais un manteau...

 

-Je verrais bien pour toi une chaude pelisse !

Dit Jeannot le lapin, remuant son museau.

 

-Assurément, elle me rendrait grand service !

Reprit le porc, ému de la proposition.

 

-En tant que président, dit le coq, péremptoire,

Je demande qui est pour cette solution !

 

Unanimité moins une* dans l'auditoire.

 

Mais le plus difficile restait à venir :

Il fallait par écrit formuler la demande,

Et que chacun signât. Comment y parvenir ?

Un murmure courut, l'inquiétude était grande.

 

Le chat qui savait lire, ayant vu les enfants

Étudier leurs leçons tout au long de l'année,

Dit qu'il serait capable, en y mettant le temps,

D'écrire le billet. Hourras dans l'assemblée !

 

Au bout de quatre mois, l'écrit fut terminé.

Quand le coq le porta, tout fier, à la cuisine,

Une curieuse odeur lui parvint aux narines :

Le malheureux cochon s'était mû en pâté !

 

Dure réalité !

 

*la poule

 

AG

 

 

canard-012.jpg

 

Traduction approximative en patois poitevin :

 

La réquiamation dau goret

 

Le chat pis les canards, les pirons, la poule couasse,

Tout l'mond' sont réunis, pace qu'o ya à causer

D'une quession importante, une affaire qui tracasse :

Un' demand' à leur maît' de la part dau goret.

 

-Merci mes bon amis, volà bintou l'hiver.

Vous z'aut' v'avez daus piumes ou bin de la fourrure,

Mais moué, qu'o dit l'goret, i seus nu coume un ver.

I va avouère bin fré, O m'faut une couveurture !

 

-As-tu pas sous la piâ une épaisseur de lard

Pr te garder dau fré ? qu'o y lance la poule.

 

-T'as pas honte de dir' ça ? qu'o y répond l'canard.

T'es rin qu'une maufasant' ! Veux-tu froumer ta goule !

 

-Marci Canard, O m'suffirait d'un p'tit manteau...

 

-C'qui f'rait l'affaire, o s'rait un' bin chaude pelisse !

Qu'o dit Jheannot lapin, en remuant son museau.

 

-Pour sûr, qu'o dit l'goret, qu'o m'rendrait grand service !

L'avait les larmes aux oeils de la proposition.

 

Le coq, coumme président a fait voter tout l'monde.

D'accord pr la pelisse ! Y a qu'la poule qu'a dit non.

Les bêtes sont coume les ghens, y en a d'toutes les façons !

 

Seul'ment, l'pus difficile, et ça ol'tait pas rin,

O f'lait qu'a souèye écrite au fermier thielle demande !

Et pis qu' chacun la signe ! Vous vous en doutez bin,

Un' mouche arait volé, qu'ol'arait pu l'entende !

 

Le chat qui savait lir' pace que l'vouéyait tout l'temps

Les drôles fair' leurs devoirs, le sèr près d'la ch'minée,

A dit que l's'rait capab', minme si faurait longtemps,

De faire le mot d'écrit. L'affaire était sauvée !

 

Ol a fallu quat' mois au chat pr zou copier.

Quand qu'le coq a porté le mot à la thiusine,

L'a senti une odeur chatouiller ses narines :

Misère, ol'tait l'goret, en grillons et pâtés !

 

Paur' goret !

 

AG

 

lapin.jpg

Repost 0

Bonjour Et Bienvenue !

  • : La Plume Bleue
  • : La Plume bleue est un blog de poèmes et nouvelles écrits simplement au fil des jours, de l'actualité, des événements de la vie. Vous y trouverez également des textes en "parlanjhe" poitevin. Bonne visite !
  • Contact

 

Bonjour et bienvenue !

Alain GAUTRON    

 

 

Mon second blog :

02-banniere-cadre.jpg

 

Fables et écrits courts

 

 

 

vase-01.JPG

 

dessin PG 01

 

Guilde-fabulaire-02.jpg

 

 

 

  "La prose de la vie nous permet de survivre.

Mais vivre, c'est vivre poétiquement."

 

Stéphane HESSEL

(Le chemin de l'espérance)

 

Jean-Mauget-001.jpg

 

 

gyrovague-01.jpg

 

couverture

 

70 fables en vers

illustrées de photos en noir et blanc

par Yveline  (yg86)

150 pages

 

Ed. : TheBookEdition

 

Dans la rubrique "Rechercher un livre"

taper : FABLES

 

 

Pistil-logo.jpg

 

dyn007_original_150_153_gif_2568700_8474a34fc78041318210194.gif

 

à Line


Rechercher


L'homme d'un seul livre,

comment peut-il être libre ?

 

 

"Que la jeunesse y prenne garde !

Qu'elle n'aliène jamais sa conscience au bénéfice d'un parti, d'une idéologie, d'un homme !"

André Frossard


"La pollution de la planète n'est qu'un reflet extérieur d'une pollution psychique intérieure, celle de millions d'individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure." Eckhart Tolle

Aplumedor

Merci Line

 

 

gentillesse

 

Merci Sonya


 

Blog d'or
décerné par Lee Rony
le 30/07/09
Je le remercie
très chaleureusement.





Coeur de l'Amitié
Merci à
Bilitis
et Channig



Certificat
s
Merci à
Didier


certificat
prix-2010

Merci Emma

09122092229.gif
Merci Sissi
plume bleue

PARLANGHE POITEVIN

 

 


L’imaginaire hameau de La Beurlandrie, de la non moins imaginaire commune de Taupignac, véritable petit « Cloche-Merle » du Poitou, nous livre ici tous ses secrets. Dans une suite de courtes histoires reliées un peu à la manière d’un roman, l’auteur nous raconte, dans une langue truculente, les dires, les faits et gestes, les espoirs et les déboires de La Jheanne, La Simoune, Le Bicognard, La Grimaude, le thiuré, Sébastien l’facteur, et pi bin d’autes…
Alain Gautron est né en 1948 et a passé toute son enfance à Charroux. Dans ses textes, il retrouve son parler familial, le poitevin méridional commun au sud-Civraisien (sud de la Vienne) et au Ruffécois (Charente poitevine). — Préface d’Yves Gargouil, maire de Charroux et vice-président du Conseiller général de la Vienne.
En fin d’ouvrage, Eric Nowak propose une petite étude sur la langue de l’auteur, et la resitue dans l’ensemble poitevin et saintongeais.

Editions PyréMonde juillet 2009

 

Vient de paraître :

 

 

Patois 01 Nowak

 

blason-Poitou-Charentes.jpg

Tour Charlemagne

Catégories

Merci de votre visite !

 

 

 

rose notes

 

 


DIFFERENCES


Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

Notre Histoire est un long voyage ...

Les peuples ont mêlé leur sang.

Aberration, ce "Pur Lignage",

Celui dont tu te dis l'enfant !

 

N'es-tu pas Celte ou  fils de Rome,

D'Afrique, berceau des Humains,

Etre cosmopolite en somme,

Riche de tes parents lointains ?

 

Rien ici-bas n'est étranger,

Et si la haine fait recette,

C'est que notre oeil est abonné ...

Au petit bout de la lorgnette !

 

Mille couleurs et  non l'unique

Font tout le charme d'un décor.

Pourrait-on parler de musique

S'il n'existait qu'un seul accord ?

 

Ce sang qui coule dans nos veines

Porte en lui tous les souvenirs

De la grande Famille Humaine

Et tant d'Amour qui veut grandir !

 

Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

AG

A bientôt !

 

oiseau de l'amitié

 

 


couronne noel








musiciens-bretons.jpg

baudet.jpg

vaches.jpg

carte-paysanne.jpg

Ferrat 03

 

A.g-0001-copie-1.jpg