Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 08:37

 

 

On nous dit que c'est la crise,

Et ça nous démoralise,

Ça nous interdit l'espoir,

Ça nous fait broyer du noir.

 

Alors chacun se résigne,

On dit amen et l'on signe :

Travailler plus, gagner moins,

Le bout du tunnel, c'est loin !

 

On nous dit que c'est la crise,

Et ça nous démoralise,

Ça nous interdit l'espoir,

Ça nous fait broyer du noir.

 

Au fil des jours, ça grignote

L'esprit comme une biscotte.

Parler d'amour, c'est ringard,

La mode, c'est le cafard.

 

On nous dit que c'est la crise,

Et ça nous démoralise,

Ça nous interdit l'espoir,

Ça nous fait broyer du noir.

 

Assez de la sinistrose !

Tant qu'il y aura des roses

Et qu'un enfant sourira,

De l'espoir il y aura !

 

AG

 

Emile-Vernon-La-fillette-et-son-petit-chat.jpg

 

Emile Vernon, peintre français

1872-1919

Repost 0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 11:18

 

setter.jpg

 

"En temps de crise,

On stigmatise

Les chiens qui portent des lunettes

Ou ceux qui vont à bicyclette.

A l’index on met des couleurs,

On se renferme avec sa peur ...

 

On se divise,

Ma chère Elise,

On cherche des boucs émissaires

Sur qui déverser sa colère ..."

A sa compagne ainsi parlait

Un très beau setter irlandais.

 

Dans un ouah ! ouah !

  Il ajouta :

 

"En temps de crise,

Ma chère Elise,

On en fait, des bêtises !"

 

AG

Repost 0
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 13:32

 

3463509618_cf5b7d84bd.jpg

 

Ce pamphlet, déjà publié, est pure fiction. De plus, il ne vise en rien les femmes et les hommes politiques qui oeuvrent quant à eux chaque jour, et le plus souvent dans l’ombre, pour le  bien de leurs semblables et usent du parler vrai. A eux merci.

 

Moi qui depuis toujours, rêve, c'est pathétique,

De servir mon pays, la veuve et l'orphelin,

Enfin disons le mot : d'entrer en politique,

Je ne puis aujourd'hui vous taire mon chagrin.

 

J'avais à cette fin surmonté mille épreuves

Réussi les concours, et brillamment, ma foi,

Mais tout s'est écroulé, mes pleurs en sont la preuve,

A l'oral imposé de langue dite "ès bois" !

 

On m'avait enseigné pourtant la quintessence

De ce parler ronflant qu'on apprend en haut lieu,

Même à dissimuler jusqu'à l'incompétence

Sous un flot de slogans au pouvoir merveilleux.

 

Hélas, face au jury, je suis demeuré coi.

Enfuis tous les beaux mots : synergie, paradigme …

J'étais paralysé sans trop savoir pourquoi,

Allergie à ce jour qui me reste une énigme.

 

Alors moi qui rêvais d'entrer en politique,

Je vais me contenter d'assister mon prochain,

Au mieux, sans les ressorts de Dame Réthorique,

Et de tout simplement … cultiver mon jardin !

 

AG

 

image flickr

 

Merci pour vos visites et commentaires durant mon absence.

Mes amitiés

Repost 0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 10:19

4365453227_a88251dfd1.jpg

Retour du Pays de Tout-à-l’Envers,

Alice m’a rapporté les paroles

D’un très vieux lapin, journaliste expert

En toutes questions concernant l’école :

 

"Un élève un jour pour indiscipline,

Reçut un soufflet de son professeur.

Les autorités, comme on le devine,

Mirent à réagir un point d’honneur.

 

Que pensez-vous qu’il arriva ?

C’est le professeur qu’on brima !"

 

***

 

Si le soufflet certes est coupable,

Cet élève saura depuis

Qu'il peut bien danser sur les tables …

Peut-être on lui dira merci !

 

AG

 

lapin

 

image flickr

Repost 0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 11:28

4319345603_ee4783535e.jpg

Elise, chère Elise,

Notre monde va mal !

C'est hélas chose admise.

 

Ceux qui mènent le bal

Dans l’ombre quoi qu’on dise,

Prompts à jouer des peurs

Qui nous déstabilisent,

Reviennent en sauveurs

Le soir, victoire acquise,

Sous couleur de la paix

Vendre leur marchandise …

Et le monde est "parfait" !

 

Pour conforter l’emprise,

Au nom des libertés

Voilà qu’on sécurise !

L’autre est toujours suspect …

 

Voyons, ne pleurez pas,

Je plaisantais, Elise …

 -On nous infantilise ?*

Qu’allez-vous chercher là ?

 

AG

 

* Un peu répétitives, n’est-ce pas, ces rimes en –ise … Je sais, mais c’est pour Elise qui se démoralise. Vous comprenez, c’est pour lui faire plaisir. Il fallait que je le précise.

 

Image flickr

Repost 0

Bonjour Et Bienvenue !

  • : La Plume Bleue
  • : La Plume bleue est un blog de poèmes et nouvelles écrits simplement au fil des jours, de l'actualité, des événements de la vie. Vous y trouverez également des textes en "parlanjhe" poitevin. Bonne visite !
  • Contact

 

Bonjour et bienvenue !

Alain GAUTRON    

 

 

Mon second blog :

02-banniere-cadre.jpg

 

Fables et écrits courts

 

 

 

vase-01.JPG

 

dessin PG 01

 

Guilde-fabulaire-02.jpg

 

 

 

  "La prose de la vie nous permet de survivre.

Mais vivre, c'est vivre poétiquement."

 

Stéphane HESSEL

(Le chemin de l'espérance)

 

Jean-Mauget-001.jpg

 

 

gyrovague-01.jpg

 

couverture

 

70 fables en vers

illustrées de photos en noir et blanc

par Yveline  (yg86)

150 pages

 

Ed. : TheBookEdition

 

Dans la rubrique "Rechercher un livre"

taper : FABLES

 

 

Pistil-logo.jpg

 

dyn007_original_150_153_gif_2568700_8474a34fc78041318210194.gif

 

à Line


Rechercher


L'homme d'un seul livre,

comment peut-il être libre ?

 

 

"Que la jeunesse y prenne garde !

Qu'elle n'aliène jamais sa conscience au bénéfice d'un parti, d'une idéologie, d'un homme !"

André Frossard


"La pollution de la planète n'est qu'un reflet extérieur d'une pollution psychique intérieure, celle de millions d'individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure." Eckhart Tolle

Aplumedor

Merci Line

 

 

gentillesse

 

Merci Sonya


 

Blog d'or
décerné par Lee Rony
le 30/07/09
Je le remercie
très chaleureusement.





Coeur de l'Amitié
Merci à
Bilitis
et Channig



Certificat
s
Merci à
Didier


certificat
prix-2010

Merci Emma

09122092229.gif
Merci Sissi
plume bleue

PARLANGHE POITEVIN

 

 


L’imaginaire hameau de La Beurlandrie, de la non moins imaginaire commune de Taupignac, véritable petit « Cloche-Merle » du Poitou, nous livre ici tous ses secrets. Dans une suite de courtes histoires reliées un peu à la manière d’un roman, l’auteur nous raconte, dans une langue truculente, les dires, les faits et gestes, les espoirs et les déboires de La Jheanne, La Simoune, Le Bicognard, La Grimaude, le thiuré, Sébastien l’facteur, et pi bin d’autes…
Alain Gautron est né en 1948 et a passé toute son enfance à Charroux. Dans ses textes, il retrouve son parler familial, le poitevin méridional commun au sud-Civraisien (sud de la Vienne) et au Ruffécois (Charente poitevine). — Préface d’Yves Gargouil, maire de Charroux et vice-président du Conseiller général de la Vienne.
En fin d’ouvrage, Eric Nowak propose une petite étude sur la langue de l’auteur, et la resitue dans l’ensemble poitevin et saintongeais.

Editions PyréMonde juillet 2009

 

Vient de paraître :

 

 

Patois 01 Nowak

 

blason-Poitou-Charentes.jpg

Tour Charlemagne

Catégories

Merci de votre visite !

 

 

 

rose notes

 

 


DIFFERENCES


Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

Notre Histoire est un long voyage ...

Les peuples ont mêlé leur sang.

Aberration, ce "Pur Lignage",

Celui dont tu te dis l'enfant !

 

N'es-tu pas Celte ou  fils de Rome,

D'Afrique, berceau des Humains,

Etre cosmopolite en somme,

Riche de tes parents lointains ?

 

Rien ici-bas n'est étranger,

Et si la haine fait recette,

C'est que notre oeil est abonné ...

Au petit bout de la lorgnette !

 

Mille couleurs et  non l'unique

Font tout le charme d'un décor.

Pourrait-on parler de musique

S'il n'existait qu'un seul accord ?

 

Ce sang qui coule dans nos veines

Porte en lui tous les souvenirs

De la grande Famille Humaine

Et tant d'Amour qui veut grandir !

 

Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

AG

A bientôt !

 

oiseau de l'amitié

 

 


couronne noel








musiciens-bretons.jpg

baudet.jpg

vaches.jpg

carte-paysanne.jpg

Ferrat 03

 

A.g-0001-copie-1.jpg