Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Le bistrot « Chez la Nicole ». O y a peursounne. La Nicole lit les jhornaux tranthill’ment assite à une tablle en bouévant un café. Arrive Lucas.

 

« Ta, Lucas, bonjhour, comment qu’o va a matin ?

― Bonjhour. Ah, ma paur’ Nicole, m’en parl’ pas !

― Est-tou qu’o y a quèqu’un d’malad’ chez toué ? Assis-tou.

― Non point, ol’est ben pis qu’ça …

― Pis qu’ça ? Peursounne est mort quand minme ?

― Non, non …

― Ah ! Tu m’as fait pour ! Eh ben, qui qu’o y a don ?

― Ol’est la Denise …

― Ta drôllière ? Al’a eu un’ accident ?

― Non … mais a sort ac un gars d’Potché …

― A sort don pus avec Jhean, l’drôle à René ?

― Penses-tu ? Non point, ol’est fini d’la s’maine darnière.. A sort avoure ac un dénoummé Beurnard.

― Ah ? Et pis ? …

― Et pis a nous z’a d’mandé à sa mère et à moué si a peuvait l’am’ner à la maison …

― O y a rin d’estraordinaire à ça !

― Attends ! La Jhanine était pressée d’counnaît’ thiô gars, alors i y avans dit qu’ol’tait d’accord. Moué i m’minfiais. I avait pas tort.

― Ol ‘est pas on voillou, quand minme ?

― Non point … Enfin … L’sont don v’nus tous deux mangher la soupe hier dimanche.

― Est-tou un jholi gars ?

― Ah ! vous z’aut’ les bounnes fammes, v’étez ben toutes pareilles !

― L’a une bounne figure, au moins ?

― Voui, mais ol’est pas ça …

― Vas-tu m’dire c’qu’o ya , à la fin ?

― Tu zou répétras pas, hein ?

― I zou répétrai pas, là !

― Bon. La jhanine avait thiusiné un brochet, un jholi brochet ...

― Ol’est bon ça ! Jhustement, i veurais en faire mo tou. Où don qu’tu l’as ach’té ?

― Ben … I l’ai point ach’té …

― Mais tu m’as pas pris d’carte de pêche thiette année.

― Ben non, i l’ai pêché sam’di dans la Beurlandine, jhuste après l’pont.

― T’es pas l’seul à faire de minme. O faut pas s’faire prend’, ol’est tout. Et pis ?

― Volà qu’en mangeant, dans la conversation, l’ Beurnard me parl’ de thiô puésson, qu’l’était bon et voure qu’i ll’avait pris. Moué, i y’ai dit, ben sûr.

― V’étiez en famille …

― Tu parl’ ! I zou savais pas, mais thiô gars est ghendarme, alors tu sais pas c’que l’a fait ?

― Non.

― L’m’a foutu un procès peur braconnaghe, thiel oziâ ! Tu t’rends compte, un procès à moué qui peurrais êt’ son futur beau-père ! Ol’a jhamais vu ça !

― Ah ! ben là, tu m’assis …

― Dounne-mou un roughe, ta, sans t’commander.

― I vas en bouère un mo tou … Tu parl’ d’un coup ! Et pis qui qu’t’as fait ?

― Rin. Qui qu’tu veux qu’i fasse ?

― Et la Denise ?

― A s’est mise à brailler, pis a yi a foutu sa main sû la goule , en yi disant qu’si à Potché tous les ghendarmes étiant si bêtes que li, les voleurs étiant ben tranthilles ! Là-d’ssus, l’a ripé se gailloches ! »

 

AG

Partager cette page

Repost 0

Bonjour Et Bienvenue !

  • : La Plume Bleue
  • : La Plume bleue est un blog de poèmes et nouvelles écrits simplement au fil des jours, de l'actualité, des événements de la vie. Vous y trouverez également des textes en "parlanjhe" poitevin. Bonne visite !
  • Contact

 

Bonjour et bienvenue !

Alain GAUTRON    

 

 

Mon second blog :

02-banniere-cadre.jpg

 

Fables et écrits courts

 

 

 

vase-01.JPG

 

dessin PG 01

 

Guilde-fabulaire-02.jpg

 

 

 

  "La prose de la vie nous permet de survivre.

Mais vivre, c'est vivre poétiquement."

 

Stéphane HESSEL

(Le chemin de l'espérance)

 

Jean-Mauget-001.jpg

 

 

gyrovague-01.jpg

 

couverture

 

70 fables en vers

illustrées de photos en noir et blanc

par Yveline  (yg86)

150 pages

 

Ed. : TheBookEdition

 

Dans la rubrique "Rechercher un livre"

taper : FABLES

 

 

Pistil-logo.jpg

 

dyn007_original_150_153_gif_2568700_8474a34fc78041318210194.gif

 

à Line


Rechercher


L'homme d'un seul livre,

comment peut-il être libre ?

 

 

"Que la jeunesse y prenne garde !

Qu'elle n'aliène jamais sa conscience au bénéfice d'un parti, d'une idéologie, d'un homme !"

André Frossard


"La pollution de la planète n'est qu'un reflet extérieur d'une pollution psychique intérieure, celle de millions d'individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure." Eckhart Tolle

Aplumedor

Merci Line

 

 

gentillesse

 

Merci Sonya


 

Blog d'or
décerné par Lee Rony
le 30/07/09
Je le remercie
très chaleureusement.





Coeur de l'Amitié
Merci à
Bilitis
et Channig



Certificat
s
Merci à
Didier


certificat
prix-2010

Merci Emma

09122092229.gif
Merci Sissi
plume bleue

PARLANGHE POITEVIN

 

 


L’imaginaire hameau de La Beurlandrie, de la non moins imaginaire commune de Taupignac, véritable petit « Cloche-Merle » du Poitou, nous livre ici tous ses secrets. Dans une suite de courtes histoires reliées un peu à la manière d’un roman, l’auteur nous raconte, dans une langue truculente, les dires, les faits et gestes, les espoirs et les déboires de La Jheanne, La Simoune, Le Bicognard, La Grimaude, le thiuré, Sébastien l’facteur, et pi bin d’autes…
Alain Gautron est né en 1948 et a passé toute son enfance à Charroux. Dans ses textes, il retrouve son parler familial, le poitevin méridional commun au sud-Civraisien (sud de la Vienne) et au Ruffécois (Charente poitevine). — Préface d’Yves Gargouil, maire de Charroux et vice-président du Conseiller général de la Vienne.
En fin d’ouvrage, Eric Nowak propose une petite étude sur la langue de l’auteur, et la resitue dans l’ensemble poitevin et saintongeais.

Editions PyréMonde juillet 2009

 

Vient de paraître :

 

 

Patois 01 Nowak

 

blason-Poitou-Charentes.jpg

Tour Charlemagne

Catégories

Merci de votre visite !

 

 

 

rose notes

 

 


DIFFERENCES


Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

Notre Histoire est un long voyage ...

Les peuples ont mêlé leur sang.

Aberration, ce "Pur Lignage",

Celui dont tu te dis l'enfant !

 

N'es-tu pas Celte ou  fils de Rome,

D'Afrique, berceau des Humains,

Etre cosmopolite en somme,

Riche de tes parents lointains ?

 

Rien ici-bas n'est étranger,

Et si la haine fait recette,

C'est que notre oeil est abonné ...

Au petit bout de la lorgnette !

 

Mille couleurs et  non l'unique

Font tout le charme d'un décor.

Pourrait-on parler de musique

S'il n'existait qu'un seul accord ?

 

Ce sang qui coule dans nos veines

Porte en lui tous les souvenirs

De la grande Famille Humaine

Et tant d'Amour qui veut grandir !

 

Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

AG

A bientôt !

 

oiseau de l'amitié

 

 


couronne noel








musiciens-bretons.jpg

baudet.jpg

vaches.jpg

carte-paysanne.jpg

Ferrat 03

 

A.g-0001-copie-1.jpg