Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 19:07

 

 

Traduction CLIC !

 

 

- Bonjhour, Nicolas ! qu'o dit une jholie dame.

Al avait une robe qui brillait coumme le souleil, daus ch'veux coumme de l'or et a tenait une baguette à la main.

- N'aye pas pour. I seus une fée en patrouille. La neut de Nau, ol en arrive daus affaires, alors nous z'aut', les fées, y fasant daus rondes pr vouère si tout se passe bin. Tchi qu'ol est don le problème ?

Et volà Nicolas qu'esplique la situation.

- Bon, qu'o dit la fée, o faut ouvrir le vent' dau p'tit louc !

- Ah non ! O va pas r'commencer, qu'o dit le louc ! I veux pas !

-T'avais qu'à pas mangher Poussinette ! Qu'o y répond la fée. Te volà bin puni, avour ! Zou regrettes-tu, au moins ?

- Ah voui ! Sûr qu'i zou r'grette ! I recommencerai pus jhamais ! Parole de louc !

- Bon, qu'o dit la fée, o va pr thiau coup, mais qu'i t'y reprenne pas ! Et a dounne un coup de baguette sû le vent' dau louc, et la poule nine sort, les piumes un p'tit bout ébouriffées, mais entière et en bounne santé.

- Merci ! Qu'o dit le louc. Et le se sauve en courant.

Nicolas prend Poussinette dans ses bras et au moument où que le v'lait r'mercier la fée, volà qu'al avait disparu !

Alors l'est rev'nu chez li tout content ac sa poule nine dans les bras. L'avant traversé tous deux le code barre. Nicolas a r'pris sa taille normale, et une foué dans son lit ac Poussinette qu' avait revenu sû la couveurture dau live, le s'est endormi.

Le matin de Nau, l'a sauté dau lit pr aller vouère ses cadeaux au pied dau sapin. Ses parents étiant bin heureux de le vouère de minme. L'en avant su la raison en voyant que la poule nine était rev'nue sû la couveurture dau liv'.

O valait meux pas chercher à comprend'...

Pr Nicolas, tchiau jhour a été un joli Nau, i vous zou garantis !

 

Avour, la neut, quand Poussinette va se prom'ner dans le monde, Nicolas va ac elle. Le veut pas qu'a s'en alle toute seule. Et i peux vous dire que l'en visitant daus pays !

L'avant minme rencontré Nicolette et son p'tit louc qui fasiant coumme eux. O s'a passé au bord de la mer, soué disant sû une plaghe.

La suite, i la counnais pas. Tout ce qu'i sais, ol'est que bin daus années pus tard, Nicolas et Nicolette s'avant mariés et que le vivant heureux ensemb' asteure.

Dans leur petite maison, sû une étaghère de la bibliothèque, o ya deux petits liv' ranghés bin précieusement. I ai pas besoin de vous dire lesquels ! Ol 'est pr leurs enfants, pus tard...

 

Et pi i ai marché sû la queue d'une souris, et mon conte est fini !

 

AG

 

Nicolas.jpg

Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 08:16

 

Traduction CLIC !

 

 

De l'aut' couté, o y avait un p'tit routin qui s'en allait vers un bois. Le le suit. O fasait cllair coumme en pien jhour. Le routin continuait dans le bois. Le marchait, le marchait. Au bout d'un moument, volà que le vouet une forme grise au pied d'un châgne. Ol'tait un louc, (un loup) un p'tit louc qui dormait là.

A thiau moument, l'entend une voix :

- Nicolas, Nicolas, au secours, au secours !

Pus le s'approchait dau louc, pus la voix était forte.

- Nicolas, Nicolas, au secours !

- Tchi qui m'appelle , que l'dit.

- Ol'est moué, Poussinette ! I seus dans le vent' dau louc, le m'a manghée !

- Louc ! Qu'o dit Nicolas, est-ou vrai que t'as manghé ma poule nine ?

- Voui, qu'o dit le louc en se réveillant, et avour, i seus tellement lourd qu'i peux pus bougher. I peux pus rentrer chez moué !

Et voilà le p'tit louc qui se met à brailler tout ce que le sait.

- Et vour qu'ol est chez toué ? Qu'o y d'mande Nicolas.

- Chez Nicolette. I me seus échappé de la couveurture de son liv' préféré : "Loulou le p'tit louc."Loulou, ol'est mon nom. Et avour, i peux pus y r'tourner ! Quel malheur ! Paur' Nicolette ! A doué brailler asteure...

 

(Vous zou savez p'tête pas, mais la neut, les peursounnages de certains lives s'en allant se prom'ner dans l'monde, et pis le matin, le rev'nant à leur piace, ni vu, ni connu, Pensez, l'avant la bougeote, o faut les comprend'!)

 

- O y a qu'une solution, qu'o dit Nicolas : i vas t'ouvrir le vent' ac mon coutiâ !

- Ah non ! I veux pas ! Tu veux-t-y don qu'i moure ?

- Mais non, tu mourras pas ! I te recoudrai le vent' et tu sentiras rin !

- Non, non, i veux pas ! Qu'o dit le louc.

- Au secours ! Au secours ! Qu'ol huchait la poule nine.

- O zou faut, peurtant, qu'o dit Nicolas, en sortant son coutiâ de sa poche.

Mais volà que l'entend dau bru dans le bois. O v'nait quèqu'un...

 

(Fin de la deuxième partie)

 

AG

Repost 0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 08:49

 

paysan.jpg

 

Traduction : CLIC !

 

 

 

Nicolas se réveille dans son p'tit lit et le songhe aux cadeaux que le va avouère : un dictiounnaire et pi daus lives sû les animaux. L'a six ans, et les lives, ol'est sa passion, à Nicolas. Le peut rester daus heures dans la chamb' à r'garder les imaghes, et avour que le c'mmence à savouère lire, ol'est core pis !

Mais thiau matin-là, la veille de Nau, o s'a passé quèque chouse de pas ordinaire : tout d'un coup, les parents, dans la chamb' à couté, avant entendu Nicolas hucher daus grands cris et se mette' à brailler coumme un peurdu.

Vite, l'avant couru vouère ce qui se passait, et là, l'avant trouvé leur drôle dans tous ses états. Le tenait dans ses mains un petit live, et le répétait en braillant :

 

- Vour qu'al'est ma poule nine ? Vour qu'al 'est ma poule nine ?

-Tchi qu'tu dis, mon Nico ? Qu'o y dit sa M'man. Al'est là, ta poule nine, sû ton liv' !

Mais li, l'a pas répond, et l'braillait teurjhous que de pus fort en répétant :

- Vour qu'al est ma poule nine ? Vour qu'al est ma poule nine ?

 

Ol'est là que le père et la mère s'avant apeurçu dau drame : sû la couveurture dau liv', l'imaghe de Poussinette, la poule nine, avait disparu ! O y avait bin le titre : "Poussinette, la poule nine", mais rin d'aut', la paghe était toute bianche.

-Ah ben là ! Qu'o dit l'père, o faut que le diab' y souèye manché !

-Veux-tu te taire, qu'o dit la mère, en fasant son signe de croix. O dis pas daus chouses de minme, surtout la veille de Nau !"

 

O faut dire que thiau liv', « Poussinette, la poule nine », ol est son préféré à Nicolas. Tous les sèrs, son P'pa ou bin sa M'man devant y lire l'histouère avant que le s'endorme. Et pis le met le live à couté de soun' oreiller, teurjhous à la minme piace. Le dit que Poussinette y tint companie la neut et qu'a monte la garde, daus foués qu'o y arait daus méchants qui veuriant l'attaquer.

 

Mais là, o dépassait tout ! Devant une situation pareille, les parents saviant pas qui faire. L'aviant beau parler daus cadeaux que l'allait avouère pr Nau, dau sapin, rin n'y fasait. Le père a minme téléphoné au libraire pr demander si l'avait core le live, mais l'avait tout vendu.

 

La jhornée a été épouvantab'. Au souper, Nicolas a presque rin manghé, pis l'a été se coucher. L'a pas v'lu que sa M'man y lise d'histouère. Tenant son liv' serré cont' li, le se posait teurjhous la minme quession : vour qu'était Poussinette ?

Au bout d'un moument, à force de brailler, l'a c'mmencé à se sentir bizarre. O y sembiait que le rapetissait. Mais voui, le dev'nait de pus en pus p'tit ! Si ben qu'avour le liv' y paraissait haut coumme la Tour Eiffel ! Devant li, le voyait une palissade, daus grands piquets tout nègres. Le s'approche.

(O faut qu'i vous dise ce qu'ol était, thielle palissade : ol 'tait le code barre dau liv' !)

 

Coumme l'était tout p'tit l'écarte les piquets qu'étiant mous coumme dau caoutchouc, et le se diile au travers.

 

(Fin de la promière partie)

AG

 

Repost 0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 12:08

 

 

 

L'patois

 

(sur l'air de Frou-Frou)

 

Refrain

 

L'patois, l'patois,

O vous chant' dans la tête,

L'patois, l'patois,

La langue de chez nous,

L'patois, l'patois,

O vous rend mêm' poète,

L'patois, l'patois,

Venez l'chanter teurtous !

 

I

Le nous vint de la neut daus temps,

Le biâ parler de nous campagnes,

Dau latin et pis dau roman,

Daus Pictons d'avant Charlemagne.

Les trouvères et les troubadours

Y avant apporté leur musique

Et l'est arrivé jhusqu'avour,

Ol'est bin râle que l'est unique !

 

Refrain

 

II

Le le gardant coume un trésor,

En Pouétou au fond daus villaghes,

Nous Anciens qui le parlant cor'

Pr nous l'dounner en héritaghe.

Ne laissans pas cheure en abouis

D'aussi jholies pagh' d'nout'histoère,

O s'rait bin dommaghe, sûr que voui,

Le patois, ol'est nout' mémoère !

 

Refrain

 

III

O faut mê que d'un' note, pas vrai,

Pr qu'une chanson souèye jholie,

Mê qu'd'un'couleur, tout l'monde zou sait,

Pr veni' peinturer la vie.

Ac les patois de nous réghions,

Ensemb' riches de nous différences,

A viv' chez nous, o y fait bon !

Est-tou pas ça qui fait la France ?

 

Refrain

 

AG

 

Traduction

(Evidemment, les rimes en souffrent un peu,

mille excuses !)

 

 

Le patois

 

(sur l'air de Frou-Frou)

 

Refrain

 

Le patois, le patois,

Ça vous chante dans la tête,

Le patois, le patois,

La langue de chez nous,

Le patois, le patois,

Ça vous rend même poète,

Le patois, le patois,

Venez le chanter tous !

 

I

Il nous vient de la nuit des temps,

Le beau parler de nos campagnes,

Du latin et puis du roman,

Des Pictons d'avant Charlemagne.

Les trouvères et les troubadours

Lui ont apporté leur musique

Et il est arrivé jusqu'à aujourd'hui,

C'est bien pour dire qu'il est unique !

 

Refrain

 

II

Ils le gardent comme un trésor,

En Poitou au fond des villages,

Nos Anciens qui le parlent encor'

Pour nous le donner en héritage.

Ne laissons pas se perdre

D'aussi jolies pages de notre histoire,

Ce serait bien dommage, pour sûr,

Le patois, il est notre mémoire !

 

Refrain

 

III

Il faut plus d'une note, n'est-ce pas,

Pour qu'une chanson soit jolie,

Plus d'une couleur, tout le monde le sait,

Pour venir peindre la vie.

Avec les patois de nos régions,

Ensemble, riches de nos différences,

Vivre chez nous, il y fait bon !

N'est-ce pas ça qui fait la France ?

 

Refrain

 

paysan.jpg

 

 

Repost 0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 11:16

 

paysan.jpg

Traduction en français CLIC !

 

Narcisse Pibolon s'a fait arrêter pr les ghendarmes. Vous zou saviez pas ? Peurtant thielle histoire, à l'époque, ol a fait le tour de la commune !

Volà comment qu'o s'est passé. Ol'tait un samedi matin, jhuste un mois avant les élections municipales où que Narcisse se présentait contre la liste au maire, Barnabé Galurin, "thiel incapab'", enfin, ol'est Narcisse qui dit ça.

Narcisse, don, se rendait de la fouère à Taupignac où que l'venait d'acheter une douzaine de canets et trois pirons. Le roulait tranthillement dans sa voturette, quand qu'le voués, un' hérisson sû l'couté dret d'la route. Le dounne un coup de volant pr l'éviter, mais au même moument, volà l'estafette daus ghendarmes qui s'amène sû la route de Broute-Lumas. Les ghendarmes fasant signe à Narcisse de s'arrêter.

 

-Bonjour Monsieur Pibolon. Gendarmerie Nationale. Vos papiers, s'il vous plaît !

-Mais vous m'counnaissez bin. Qui faire que vous v'lez mes papiers ?

-C'est la procédure, vous le savez bien !

Narcisse dounne ses papiers.

-Tout est en règle ! qu'o dit le brigadier.

-Vous voyez bin !

-Oui, mais vous rouliez à gauche, Monsieur Pibolon ! C'est interdit par le Code de la Route !

-I roulais pas à gauche, ol'tait jhuste pr éviter une bestiole !

-Désolé, mon collègue et moi-même avons constaté l'infraction, je dois verbaliser.

-Mais attendez ! O y a un témoin !

-Dans ce cas, c'est différent, Qui est ce témoin ?

-Bin, l'hérisson !

-Lérisson, c'est son nom ?

-Bin, i en voués pas d'aut'...

-Prénom ?

-... ? (Le s'met à rigoler.)

-Adresse ?

-Dans une palisse, dezard ! (Le s'met à rigoler tout c'que l'sait.)

-Monsieur Pibolon, tout cela ne me semble pas très clair ! Avez-vous pris de l'alcool ce matin ?

-Risque pas ! I boués que de l'eau ! Ma famme vous zou dira.

-Soufflez quand même dans ce ballon, s'il vous plaît.

-Vous m'créyez pas, moué qui vas pt'ê't êt' vout' futur maire ?

-Si, si, bien sûr, mais la loi, c'est la loi, vous comprenez...

-Voui !... Ol'est tout à vout' honneur, Brigadier, I vas buffer dans vout' enghin,

-Test négatif !

-Ah ! Qui qu'i vous disais ?

-Mais le témoin ?

-Ol'est un' hé-ris-son, la bestiole que i ai évitée !

-Un hérisson ?

-Voui ! V'ariez quand minme pas v'lu qu'i ébouille thiau chêti bestiau, moué, Narcisse Pibolon, président dau parti Radicau-Nature Verte ?

-Il ne s'agit pas de cela, mais vous étiez à gauche !

-I dis pas l'contraire.

-Si encore, on retrouvait le hérisson...

-Ya qu'a l' chercher ! qu'o dit Narcisse.

 

Et les volà tous trois à feurguouner dans les palisses, les érondes et les ortrughes. Mais l'hérisson était loin, ben' entendu !

 

-Fasez-mou vout' procès ! qu'o dit Narcisse. I veux pas qu'o souèye dit que l'futur maire, un' élu d'la Républlique, respecte pas la loi ! La jhustice douét ête la minme pr tout l'monde. Allez-y, écrivez, Brigadier !

 

Le brigadier écrit et Narcisse signe: "Narcisse Pibolon, voter Pibolon, ol'est choisir la Raison".

 

Là-dessus, chacun s'en va de son couté, le ghendarmes ac leur procès et Pibolon ac ses canets et ses pirons qui coummenciant à avoir soué, les paur' bêtes.

 

Les ghendarmes rouliant dèpis un moument, quand qu' au carrefour de Pied de Grole, le voyant sû l'couté dré d'la route, un p'tit grapiâd, Le Brigadier dounne un coup d'volant pr l'éviter, mais au minme moument arrive en face, pis que l'diab' à la descente, le thiuré sû sa bicykiette.

Coup de frein. Le thiuré a failli aller "à Versailles, i vous zou garantis !"

 

-Mais enfin mon fils, vous rouliez à gauche, ça ne se fait pas !

-Excusez, mon père, c'était pour éviter un crapaud! Ça va, vous n'avez rien ?

-Alors, Dieu vous pardonne. Non, non, tout va bien. Bonne journée, Brigadier !

-Bonne journée, Monsieur le Curé !

 

Tout ça, o s'est passé o ya bin trois ou quatre ans. Narcisse a pas été élu, mais l'attend teurjhous sa contravention !

 

AG

Réf. "Histouères dau villaghe de la Berlandrie" éd. PyréMonde

 

Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 10:07

 

 

 

 

 

Dialogue en patois poitevin

traduction française CLIC !

 

 

 

 

 

Joueurs de cartes

Paul CEZANNE Les joueurs de cartes

 

 

Au café « L'Abreuvoir », l'Alfred et l'Auguste, causant, accafouis tous deux au comptoir devant leur apéritif. Et ol'est pas l'promier, vous peuvez m'crère ! La patrounne, la Georgette, lave les verres. Volà qu'arrive Lucien, dit Lulu, un' aut' boué sans soué.

 

Lulu – Salut la companie ! Comment qu'o va à matin ?

 

Alfred – O va coumme ol'est m'né et ol avance à rin... Tchi qu'tu boués, Lulu ?

 

Lulu – Coumme vous z'aut'.

 

Alfred – Georgette, rhabille-don le drôle, s'te plaît ! (A sert les apéritifs.)

 

Lulu – Merci ma jholie ! Veux-tu un café ?

 

Georgette – Non point, t'est ghentil Lulu, mais i ai à faire à la thiusine, Appelez-mou si v'avez besoin, (A sort et a r'vinra pus de toute la scène.)

 

Lulu – Disez, les gars, v'avez pas vu Narcisse, à matin ?

 

Auguste – Comment ? Tu zou sais don pas ?

 

Lulu – Qui don ?

 

Auguste – Ben, l'est mort !

 

Lulu – Mort ? Par exemp' ! Mort que tu dis ?

 

Alfred – Sûr que voui ! L'est mort thiau chêti Narcisse... et ça encore, ol'est pas l'pis !

 

Lulu – Qui d'aut' qu'est mort ?

 

Alfred – Peursounne, mais... Ah ! Dis-y, toué, Auguste, moué, i ai pas l'thieur !

 

Lulu

 

Lulu – Empouésounné, mais pas qui ?

 

Alfred – Ah ça ! Le malheureux ! (Le s'met à brailler,)

 

Auguste – (Tout bas) Paraîtrait que soué disant, ol'est sa bounne famme.

 

Lulu – La Valentine ?

 

Auguste – Voui.

 

Lulu – Pas possib' ! Ça alors ! Mais i ai vu Narcisse hier au sèr, le s'portait coumme un charme ! I avant causé, ta de la Valentine jhustement. Tout allait bin. I nous nous étiant dounné rendez-vous là à matin coumme tous les jhours.

 

Alfred – Ca, ol'tait hier au sèr. (Le s'mouche.) L'est mort à matin après avoir déjheuné. Paur' Narcisse !

 

Lulu – Voui, paur' Narcisse ! Un copain de service militaire ! I avant fait nous classes ensemb' au premier Spahi, en Allemagne ! Un si bon gars, i arrive pas à zou crère !... Mais alors peut-êt' que l'pouéson était dans son café ou ben dans la confiture ! Ta, ou bin dans son verre de cognac que l'prend tous les matins !

 

Auguste – Va savoir... Les ghendarmes fasant leur enquête...

 

Lulu – Un si bon copain ! Et pas ours peur payer sa tournée ! Un bon vivant, solide coumme un roc !

 

Alfred – Pour sûr ! Une thienzaine d'apéritifs par jhour, o y fasait pas pour... Un rude gaillard, en pienne santé ! Mourir de minme, quelle misère ! Et empouésounné par sa bounne famme, elle qu'o voyait à la messe tous les dimanches ac ses airs de sainte nitouche ! A qui se fier de thiétemps ?

 

Lulu – I en sès tout déteurviré ! Est-ce que l'savant c'qu'ol'est coumme pouéson qui l'a tué ?

 

Alfred – Ol'est teurjhous pas d'l'arsenic... I ai vu Hilaire le brigadier, ol'est mon cousin. Paraît que l'est sû une piste. Le m'en a causé, mais i ai pas le droit de zou dire. Ol'est le secret de l'enquête.

 

Auguste – Tu peurrais bin nous zou dire quand minme !

 

Lulu – Voui, Alfred, un secret, o s'partaghe entr'amis, tu crés pas ? I sont amis, pas vrai ? Allez, Alfred, dis zou ! Allez ! Dis zou !

 

Alfred – Bon, entendu, i vas vous zou dire, mais motus, hein ?

 

Les deux aut' – Promis jhuré !

 

Alfred – … Sa bounne famme l'avait mis au réghime dèpis deux trois jhours, en rapport que l'avait dau cholestérol...

 

Lulu – Ol'tait putout bon peur li, ça !

 

Alfred – Voui, mais a y avait supprimé l'alcool, le vin, tout ça... (Tout bas) A y fasait bouère que de l'eau !

 

Lulu – De l'eau ? Le malheureux ! Pas besoin d'chercher pus loin : ol est ça l'pouéson ! Ol'est l'eau qui l'a tué !

 

Auguste – Tu penses, l'avait pas l'habitude !

 

AG

 

alcool

Tableau scolaire Armand COLIN

Repost 0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 10:41

 

carte-parlanje.JPG

 

 

Document : Conseil Régional de Poitou-Charentes

 

M’est avis que l’bat son dail,

Le patois* de nout’ villaghe.

L'craignait point l'fré ni l’égail,

Et l’chantait la bell’ ouvraghe…

Les anciens se souv’nant bin,

Mais aneut l’causant pus guère,

Les jheunes z’y compeurnant rin

Pis l’avant d’aut’ chouse à faire.

Et peurtout dans les maisons,

O y a thielle télébeurdasse

Qui vint nous dounner daus l’çons

En mots d’la ville et nous vasse !

Y a pus qu’deux grous châtaigniers

Dans la pradelle à Thodore,

Mais jhusqu’à quand, mon cadet ?

Le patois, qui l’causant core !

 

Traduction :

 

Je pense qu’il se meurt

Le patois* de notre village.

Il ne craignait point le froid ni  la rosée

Et chantait le travail bien fait…

Les anciens se souviennent encore,

Mais aujourd'hui ne parlent plus beaucoup,

Les jeunes générations ne comprennent plus

Et ont autre chose à faire.

Et partout dans les maisons,

Il y a cette télévision

Qui vient nous donner des leçons

En mots de la ville et nous fatigue !

Il n’y a plus que deux gros châtaigniers

Dans la prairie de Théodore,

Mais jusqu’à quand, mon ami ?

Qui parlent patois encore !

 

AG

 

* Il est question ici de l’un des dialectes poitevins

Repost 0
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 15:05

 

4848193827_ed10c10f38.jpg

 

 

 

Le boudin

 

(sur l’air de Frou-Frou)

 

 

 

 

O nn’a qui chantant les lumas,   Certains - les escargots

Le vin bian pis la bounne manghailleblanc - la bonne cuisine

Moué, aneut, i vous chant’rai pas   Moi - aujourd’hui - je

La routie ou ben la godaille,   pain grillé - vin rouge dans la soupe

Mais un’ aut’ bon piat de chez nous,  plat

Pas l’gâteau sec ni la grimole,   gâteau aux pommes

Un piat que d’vant o s’met à gh’noux   on se met à genoux

Tant qu’nous papilles al’en sont folles !   elles

 

Refrain :

L’boudin, l’boudin,

Y a rin d’meilleur au monde,

L’boudin, l’boudin,

Si vrai qu’la Terr’ est ronde,

L’boudin, l’boudin,

Coumme o dit la Raymonde,

L’boudin, l’boudin,

O vaut meux que l’méd’cin !       Cela vaut mieux

 

 

O y avait le pèr’Alexis     Il y avait

Qui chantait si ben aux mariaghes,

Mais à caus’ d’un chaud rafeurdiun refroidissement

L’avait peurdu tout son couraghe.

L’bounhoumme était pus bon à rin,

L’arrivait même pus à causer,

L’a manghé cinq ou six boudins,

Avour le chant’ coumm’ un gueurlet !   Maintenant il chante comme un grillon !

 

Refrain

 

Le chêti drôle à la Ghinette,    Le pauvre fils de Ginette

La s’main’ darnière à Broute-Lumas*,  dernière

Avait cheu ac sa bicykiette    était tombé avec

Et s’avait cassé les deux bras.  S’était

Mais sitout sa mèr’ y a fait bouère    aussitôt - boire

Un grand bol de soupe au boudin,

I vous mens point, vous peuvez m’crèrevous pouvez me croire

L’était guari l’l’end’main matin !   guéri

 

Refrain

 

* un hameau imaginaire

AG

image flickr

 

Mais vous avez le droit de ne pas aimer ... le boudin ... ou la chanson,

ou les deux à la fois, enfin, c'est comme on veut !

 

 

 

 

Repost 0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 07:48

 

carte-paysanne.jpg


 

La palisse

(La version en français est juste après)

 

L’Octavie arrive en courant chez la Jheanne, sa vosine.

 

̶  Ah ! Ma paur’ Jheanne, sais-tu c’qui m’arrive ?

̶  Et qui don ? O y a peursounne de malade, au moins ?

̶  Non point ! Ah ! si tu savais, si tu savais !

̶  Mé enfin, qui qu’o y a ? Ta, assis-tou … (A s’assit.) Là, o va meux ?

̶  Ah ! I en sais rin …

̶  Tu veux une goutte, un cassis ?

̶  Peur me r’mett’, o m’faurait quèque chouse de raide …

̶  De l’eau d’vie ? Si tu veux. Ol’est une bounne idée. I allant trinquer !

(La Jheanne apporte les deux verres. A bouévant toutes deux.)

̶  A la tenne ! … Ca, o fait dau ben ! … Bon avour, me diras-tu c’qui s’passe ?

̶  Voui, voui … Tu t’souvins qu’i t’avais dit qu’i v’lais faire éléguer la palisse de la pièce de l’Eau qui Dort, derrière la maison …

̶  Voui, tu m’en avais parlé.

̶  I sès allée vouère Zidore peur y d’mander si le v’lait m’la tailler, mé l’m’a dit que l’zou fasait pus.

̶  Pas étounant à soun’ âghe ! L’a quatre-vingt-thienze ans !

̶  P’t’êt’ ben, mé l’est cor’ vaillant. L’fait son jhardin tout seul ! … Enfin sû thièes enteurfaites, i ai cherché sû l’annuaire.

̶  Et pis ?

̶  I ai trouvé un gars qui zou fait. Le d’meure à Broute-Lumas, un Grimaud.

̶  D’la famille de défunt Grimaud qu’était maréchal à Taupignac ?

̶  Non, tu l’counnais pas. L’est rinque arrivé dans l’villaghe. Et pis tu sais, tu perds pas grand chouse !

̶  Ah ?

̶  L’est v’nu aneut, un grand chadâ de dix-huit ou vingt ans ac sa machine. I y ai fait vouère où qu’ol tait, pis i sès ben vite rentrée pace qu’ol’tait l’heure de mon feuilleton.

̶  Derrick ?

̶  Voui.

̶  I le r’gârde mo tou.

̶  Ah ! L’a pas mis d’temps ! Une demi heure pus tard, volà mon gars qui s’amène. Ol’est fait ? Qu’i y d’mande. Oui, que l’me dit. T’as eu vite fait, mon drôle qu’i y dit. Combin qu’i t’doués ? Cinquante euros, que l’me répond. Bon. I y dounne soun’argent, y paye à bouère et pis i sortant tous deux peur vouère c’que l’avait fait …

̶  Et pis ?

̶  Ah ! Ben là, si tu voyais ça ! Echareuillée, massacrée, qu’al ‘est ma palisse, une abomination ! Une ouvraghe ni faite ni à faire ! Ol’ est d’minme que tu travailles ? qu’i y ai dit. Oui, que l’me répond, avec la machine, ça va plus  vite ! Sûr qu’o va pus vite, mais tu m’as fait là un travail de gavignat ! Et la d’ssus, i attrappe une oussine de noisstier qui m’sert peur mes cheubes, et i y en fout une volée sû l’échine que l’s’en souvinra un moument !

̶  Tu y es pas allée d’main morte !

̶  Tu m’counnais, i fais pas les chouses à motié ! Je vais le dire aux gendarmes ! que l’me dit en s’carapatant ! I m’en fous, qu’i y réponds, va zou dire si tu veux, bon à rin, graine de voyou !

̶  Mé si l’zou dit aux ghendarmes, tu vas avoir daus embêt’ments !

̶  Ca, o m’étounn’rais  ben!

̶  Paraît qu’le nouveau brigadier est pas fin !

̶  Tu sais qui qu’ol ‘est, l’nouveau brigadier?

̶  Ma foué non.

̶  Ol est l’drôle à la Lonore.

̶  La Lonore Sicard qui d’sort de Pied d’Grole ?

̶  Tout jhuste , la Lonore Sicard. Tu sais qu’al est ma camarade de communion !

̶  I zou savais pas …

̶  Si fait. Alors son drôle, le Gustin, tout brigadier qu’lest, tu penses ben que l’me fait pas pour ! I l’ai vu que l’marchait pas cor ! Ol’tait un drôle de citoéyen, ah voui ! Une bêtise attendait pas l’aut’.  Sa mère et moué, i y avant foutu mè qu’d’une fessée ! Seigneur, l’y en a fait vouère à la paur’ Lonore ! Ta, i y r’songhe :   t’avais ben entendu parler d’la geurnouille que quèqu’un avait mis dans l’bénitier, à l’église jhuste avant la messe de Pâques?

̶  Voui, voui, o y a d’ça … trente ans, pt’ête ben ! Ol’ a jhamais su qui qui z’avait fait …

̶  Eh ben, ol’tait mon Gustin qui z’avait fait ! Moué i z’ai vu. I étais dans le confessiounal, que l’thiuré était en train d’me dounner l’absolution. En boulitant peur la porte, i voués l’ Gustin qui fout la gueurnouille dans l’eau et pis qui jhoue rippe en rigolant tout c’que l’savait !

̶  T’as rin dit ?

̶  Non point. I ai rin dit à peursounne. Tu comprends, sa paur’ mère v’nait d’perd’ soun’ houmme à la guerre, al avait pas besoin d’ça peur dessus l’marché !

̶  T’as  eu raison … Ol’ tait don li !

̶  Eh voui ! Alors tu comprends, si l’vins m’causer d’Grimaud, l’entendra parler dau pays ! Et moun’ oussine, al est jhamais ben loin, i peurrais ben y caresser les côtes à li étou ! Ol’est quand même pas les drôles qu’allant c’mmander !

 

AG


 

paysan.jpg

 

La haie

 

Octavie arrive en courant chez Jeanne, sa voisine.

 

 

̶  -Ah ! Ma pauvre Jeanne, sais-tu ce qui m’arrive ?

̶  -Et quoi donc ? Personne n’est malade, au moins ?

̶  -Non, non. Ah ! Si tu savais, si tu savais !

̶  -Mais enfin, qu’est-ce qui t’arrive ? Tiens, assieds-toi … (Elle s’assied.) Là, ça va mieux ?

̶  -Ah ! Je ne sais pas …

̶  -Tu veux une liqueur, un cassis ?

̶  -Pour me remettre, il me faudrait quelque chose de fort …

̶  -De l’eau de vie ? Si tu veux. C’est une bonne idée. Nous allons trinquer.

(Jeanne apporte deux verres. Elles boivent.)

̶  A la tienne ! Ca fait du bien ! … Bon, maintenant, me diras-tu ce qui se passe ?

̶  -Oui, oui … Tu te souviens que je t’avais dit que je voulais faire élaguer la haie du champ de l’Eau qui Dort, derrière la maison …

̶  -Oui, tu m’en avais parlé …

̶ - Je suis allée voir Isidore pour lui demander de venir me la tailler, mais il m’a dit qu’il ne le faisait plus.

̶  -Pas étonnant, à son âge ! Il a quatre-vingt-quinze ans !

̶  -Peut-être, mais il est encore vaillant. Il fait son jardin tout seul ! … Enfin, sur ces entrefaites, j’ai cherché dans l’annuaire.

̶  -Et puis ?

̶  -J’ai trouvé un homme qui le fait. Il habite à Broute-Lumas, un Grimaud.

̶  -De la famille de défunt Grimaud qui était maréchal à Taupignac ?

̶ - Non, tu ne le connais pas. Il est juste arrivé dans le hameau. Et puis tu sais, tu ne perds pas grand-chose !

̶  -Ah ?

̶  -Il est venu aujourd’hui, un grand gaillard de dix-huit ou vingt ans avec sa machine. Je lui ai fait voir l’endroit, et puis je suis bien vite rentrée parce qu’il était l’heure de mon feuilleton.

̶  -Derrick ?

̶ - Oui.

̶  -Je le regarde moi aussi.

̶ - Ah ! Il n’en a pas eu pour longtemps ! Une demi heure plus tard, le voilà qui revient. C’est fait ? je lui demande. Oui qu’il me répond. Tu as eu vite fait, mon garçon, que je lui dis. Je te dois combien ? Cinquante euros. Bon, je lui donne son argent, lui paie à boire et puis tout deux nous sortons voir le travail …

̶  -Et alors ?

̶  -Ah ! Si tu voyais ça ! En miettes, massacrée, voilà comment elle est, ma haie, une abomination ! Un travail ni fait ni à faire ! C’est comme ça que tu travailles ? que je lui dis. Oui, il me répond. Avec la machine, ça va plus vite ! C’est sûr, mais tu m’as fait là un travail de cochon ! Et là-dessus, j’attrape une baguette de noisetier qui me sert pour mes chèvres, et je lui en mets une volée qu’il n’est pas prêt d’oublier !

̶  -Tu n’y es pas allée de main morte !

̶  -Tu me connais, je ne fais pas les choses à moitié ! Je vais le dire aux gendarmes ! qu’il me dit en se sauvant. Ca m’est égal, que je lui réponds, va le dire si tu veux, graine de voyou !

̶  -Mais s’il le dit aux gendarmes, tu vas avoir des ennuis !

̶  -Ca, ça m’étonnerait bien !

̶ - Il paraît que le nouveau brigadier ne plaisante pas !

̶  -Tu sais qui il est, le nouveau brigadier ?

̶  -Ma foi non.

̶  -Le fils d’Eléonore.

̶  -Eléonore Sicard de Pied d’Grole ?

̶ - Tout juste. Eléonore Sicard. Tu sais qu’elle est ma camarade de communion !

̶  Je ne savais pas …

̶  -Si. Alors son fils, Augustin, tout brigadier qu’il est, tu penses bien qu’il ne me fait pas peur ! Je l’ai vu qu’il ne marchait pas encore ! Un drôle de citoyen, ah, oui ! Une bêtise n’attendait pas l’autre. Sa mère et moi, nous lui en avons donné, des fessées ! Seigneur, il lui en a fait voir de toutes les couleurs à la pauvre Eléonore ! Tiens, j’y songe : tu avais bien entendu parler de la grenouille que quelqu’un avait mis dans le bénitier, à l’église juste avant la messe de Pâques ?

̶  -Oui, oui … Ca fait … trente ans, peut-être. On n’a jamais su qui avait fait le  coup.

̶  -Eh bien, c’était mon Augustin ! Moi je l’ai vu. J’étais dans le confessionnal. Le curé était en train de me donner l’absolution. Au travers de la porte, je vois Augustin qui met la grenouille dans l’eau et se sauve en pouffant de rire.

̶  -Tu n’as rien dit ?

̶ - Non. Je n’ai rien dit à personne. Tu comprends, sa pauvre mère venait juste de perdre son homme à la guerre, elle n’avait pas besoin de ça par-dessus le marché !

̶  -Tu as eu raison … C’était donc lui !

̶  -Eh oui ! Alors tu comprends, s’il vient me parler de Grimaud, il entendra parler du pays ! Et ma baguette, elle n’est jamais bien loin, je pourrais bien lui caresser les côtes à lui aussi ! C’est quand même pas les enfants qui vont commander !

 

AG

 

Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 11:30


Version en poitevin-saintongeais :

scargotc.jpg

Ol’est l’histouère d’un gars, Trâlinet que l’s’app’lait. Ben toutes les neuts, céyiez-mou si vous v’lez, thiau citoyen s’ tournait en luma volant pr faire pour au monde !

Moun’ onclle Polyte l’a vu d’ ses yeux vu, un sèr’ vers mineut, que l’se rendait d’ battries. Thielle créature, que l’dit, était ben grousse coumme un p’tit goret, ac’ une coquille roughe et deux grandes ales d’agheasse. Et pis a volait de drette et pi d’gauche, à fasait dau sû piace, coumme suspendue en l’air, sans m’ner d’bru ...

Ol’est à la croix dau bois d’l’Epine que Polyte a vu thiau portrait qu’était là au-d’ssus d’sa tête en pien mitant dau ch’min.

“Tchi qu’tu fais là ? ”qu’o y a dit Polyte.

L’aut’ y a pas répond. L’s’a jhuste torné vers li en roulant daus grous yeux verts  au bout d’ses cornes qui s’tortilliant coumme daus veurmines.

Nout’ gars était point manchot ni malhardi, mais i peux vous dire que les ch’veux commenciant à y dresser sû la tête !

Pis tout d’un coup, volà thielle créature qui fonce sû li ! Alors là, Polyte a fait ni une ni deux : l’attrape son fusil que l’tenait déjhà à coup prêt dèpis un moument, et Pan ! l’y en fout une buffée, et Pan ! une deuxième. Ah ! mes amis ! Tout le d’ssus d’la coquille dau luma a volé en miettes, et pis o y a eu coumme une grande éloise, un sîll’ment épouvantablle, et tout a disparu !

Volà l’affaire …  mais ol’tait pas fini !

Le lend’main matin, o y avait un’ attroup’ment de’vant chez Trâlinet. Figurez-vous qu’sû sa maison, o y avait mê d’la motié daus tuiles qu’étiant parties, les lattes et les chebrons qu’étiant piens d’trous ! Peurtant o y avait eu thiette neut ni vent ni rin …

Ol’est d’minme que l’monde avant sû qu’ol’t’ait Trâlinet qui s’ tournait en luma volant.

Dèpis, peursounne a r’vu la bête. Mé si daus foués vous la voyiez, vous sarez qu’ol est li !

 

Traduction : L’escargot volant

 

C’est l’histoire d’un homme, Trâlinet qu’il s’appelait. Eh bien toutes les nuits, croyez-moi si vous voulez, ce citoyen se changeait en escargot volant pour faire peur aux gens !

Mon oncle Polyte l’a vu de ses yeux, un soir vers minuit alors qu’il revenait des battages. Cette créature, dit-il, était bien grosse comme un petit cochon, avec une coquille rouge et deux grandes ailes de pie. Et puis elle volait de droite et de gauche, faisait du sur-place, comme suspendue en l’air, sans faire de bruit …

C’est à la croix du bois de l’Epine que Polyte a vu ce portrait qui se tenait là au-dessus de sa tête en plein milieu du chemin.

“Qu’est-ce que tu fais là ?”lui a dit Polyte.

L’autre ne lui a pas répondu. Il s’est juste tourné vers lui en roulant deux gros yeux verts au bout de ses tentacules qui se tortillaient comme des serpents.

Notre homme n’était point manchot ni peureux, mais je peux vous dire que les cheveux commençaient à lui dresser sur la tête !

Et puis soudain, voilà cette créature qui fonce sur lui ! Alors là, Polyte n’a fait ni une ni deux : il attrape son fusil qu’il tenait déjà prêt depuis un moment, et Pan ! il lui tire dessus, et Pan ! une deuxième fois. Ah ! mes amis ! Tout le dessus de la coquille de l’escargot a volé en éclats, et puis il y a eu un grand éclair, un cri épouvantable, et tout a disparu !

Voilà l’affaire … mais ce n’était pas fini !

Le lendemain matin, il y avait un attroupement devant chez Trâlinet. Figurez-vous que sur sa maison, plus de la moitié des tuiles étaient parties, les lattes, les poutres étaient pleines de trous ! Pourtant, il n’y avait eu cette nuit-là ni vent ni rien …

C’est ainsi que tout le monde a su que c’était Trâlinet qui se changeait en escargot volant. Depuis, personne n’a revu la bête. Mais s’il vous arrivait de la voir, vous saurez que c’est lui !

 

Cette histoire est inventée, à l’imitation des contes de loup- garou qu’on racontait autrefois le soir à la veillée.

 

AG


 

Repost 0

Bonjour Et Bienvenue !

  • : La Plume Bleue
  • : La Plume bleue est un blog de poèmes et nouvelles écrits simplement au fil des jours, de l'actualité, des événements de la vie. Vous y trouverez également des textes en "parlanjhe" poitevin. Bonne visite !
  • Contact

 

Bonjour et bienvenue !

Alain GAUTRON    

 

 

Mon second blog :

02-banniere-cadre.jpg

 

Fables et écrits courts

 

 

 

vase-01.JPG

 

dessin PG 01

 

Guilde-fabulaire-02.jpg

 

 

 

  "La prose de la vie nous permet de survivre.

Mais vivre, c'est vivre poétiquement."

 

Stéphane HESSEL

(Le chemin de l'espérance)

 

Jean-Mauget-001.jpg

 

 

gyrovague-01.jpg

 

couverture

 

70 fables en vers

illustrées de photos en noir et blanc

par Yveline  (yg86)

150 pages

 

Ed. : TheBookEdition

 

Dans la rubrique "Rechercher un livre"

taper : FABLES

 

 

Pistil-logo.jpg

 

dyn007_original_150_153_gif_2568700_8474a34fc78041318210194.gif

 

à Line


Rechercher


L'homme d'un seul livre,

comment peut-il être libre ?

 

 

"Que la jeunesse y prenne garde !

Qu'elle n'aliène jamais sa conscience au bénéfice d'un parti, d'une idéologie, d'un homme !"

André Frossard


"La pollution de la planète n'est qu'un reflet extérieur d'une pollution psychique intérieure, celle de millions d'individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure." Eckhart Tolle

Aplumedor

Merci Line

 

 

gentillesse

 

Merci Sonya


 

Blog d'or
décerné par Lee Rony
le 30/07/09
Je le remercie
très chaleureusement.





Coeur de l'Amitié
Merci à
Bilitis
et Channig



Certificat
s
Merci à
Didier


certificat
prix-2010

Merci Emma

09122092229.gif
Merci Sissi
plume bleue

PARLANGHE POITEVIN

 

 


L’imaginaire hameau de La Beurlandrie, de la non moins imaginaire commune de Taupignac, véritable petit « Cloche-Merle » du Poitou, nous livre ici tous ses secrets. Dans une suite de courtes histoires reliées un peu à la manière d’un roman, l’auteur nous raconte, dans une langue truculente, les dires, les faits et gestes, les espoirs et les déboires de La Jheanne, La Simoune, Le Bicognard, La Grimaude, le thiuré, Sébastien l’facteur, et pi bin d’autes…
Alain Gautron est né en 1948 et a passé toute son enfance à Charroux. Dans ses textes, il retrouve son parler familial, le poitevin méridional commun au sud-Civraisien (sud de la Vienne) et au Ruffécois (Charente poitevine). — Préface d’Yves Gargouil, maire de Charroux et vice-président du Conseiller général de la Vienne.
En fin d’ouvrage, Eric Nowak propose une petite étude sur la langue de l’auteur, et la resitue dans l’ensemble poitevin et saintongeais.

Editions PyréMonde juillet 2009

 

Vient de paraître :

 

 

Patois 01 Nowak

 

blason-Poitou-Charentes.jpg

Tour Charlemagne

Catégories

Merci de votre visite !

 

 

 

rose notes

 

 


DIFFERENCES


Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

Notre Histoire est un long voyage ...

Les peuples ont mêlé leur sang.

Aberration, ce "Pur Lignage",

Celui dont tu te dis l'enfant !

 

N'es-tu pas Celte ou  fils de Rome,

D'Afrique, berceau des Humains,

Etre cosmopolite en somme,

Riche de tes parents lointains ?

 

Rien ici-bas n'est étranger,

Et si la haine fait recette,

C'est que notre oeil est abonné ...

Au petit bout de la lorgnette !

 

Mille couleurs et  non l'unique

Font tout le charme d'un décor.

Pourrait-on parler de musique

S'il n'existait qu'un seul accord ?

 

Ce sang qui coule dans nos veines

Porte en lui tous les souvenirs

De la grande Famille Humaine

Et tant d'Amour qui veut grandir !

 

Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

AG

A bientôt !

 

oiseau de l'amitié

 

 


couronne noel








musiciens-bretons.jpg

baudet.jpg

vaches.jpg

carte-paysanne.jpg

Ferrat 03

 

A.g-0001-copie-1.jpg