Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 11:16

 

paysan.jpg

Traduction en français CLIC !

 

Narcisse Pibolon s'a fait arrêter pr les ghendarmes. Vous zou saviez pas ? Peurtant thielle histoire, à l'époque, ol a fait le tour de la commune !

Volà comment qu'o s'est passé. Ol'tait un samedi matin, jhuste un mois avant les élections municipales où que Narcisse se présentait contre la liste au maire, Barnabé Galurin, "thiel incapab'", enfin, ol'est Narcisse qui dit ça.

Narcisse, don, se rendait de la fouère à Taupignac où que l'venait d'acheter une douzaine de canets et trois pirons. Le roulait tranthillement dans sa voturette, quand qu'le voués, un' hérisson sû l'couté dret d'la route. Le dounne un coup de volant pr l'éviter, mais au même moument, volà l'estafette daus ghendarmes qui s'amène sû la route de Broute-Lumas. Les ghendarmes fasant signe à Narcisse de s'arrêter.

 

-Bonjour Monsieur Pibolon. Gendarmerie Nationale. Vos papiers, s'il vous plaît !

-Mais vous m'counnaissez bin. Qui faire que vous v'lez mes papiers ?

-C'est la procédure, vous le savez bien !

Narcisse dounne ses papiers.

-Tout est en règle ! qu'o dit le brigadier.

-Vous voyez bin !

-Oui, mais vous rouliez à gauche, Monsieur Pibolon ! C'est interdit par le Code de la Route !

-I roulais pas à gauche, ol'tait jhuste pr éviter une bestiole !

-Désolé, mon collègue et moi-même avons constaté l'infraction, je dois verbaliser.

-Mais attendez ! O y a un témoin !

-Dans ce cas, c'est différent, Qui est ce témoin ?

-Bin, l'hérisson !

-Lérisson, c'est son nom ?

-Bin, i en voués pas d'aut'...

-Prénom ?

-... ? (Le s'met à rigoler.)

-Adresse ?

-Dans une palisse, dezard ! (Le s'met à rigoler tout c'que l'sait.)

-Monsieur Pibolon, tout cela ne me semble pas très clair ! Avez-vous pris de l'alcool ce matin ?

-Risque pas ! I boués que de l'eau ! Ma famme vous zou dira.

-Soufflez quand même dans ce ballon, s'il vous plaît.

-Vous m'créyez pas, moué qui vas pt'ê't êt' vout' futur maire ?

-Si, si, bien sûr, mais la loi, c'est la loi, vous comprenez...

-Voui !... Ol'est tout à vout' honneur, Brigadier, I vas buffer dans vout' enghin,

-Test négatif !

-Ah ! Qui qu'i vous disais ?

-Mais le témoin ?

-Ol'est un' hé-ris-son, la bestiole que i ai évitée !

-Un hérisson ?

-Voui ! V'ariez quand minme pas v'lu qu'i ébouille thiau chêti bestiau, moué, Narcisse Pibolon, président dau parti Radicau-Nature Verte ?

-Il ne s'agit pas de cela, mais vous étiez à gauche !

-I dis pas l'contraire.

-Si encore, on retrouvait le hérisson...

-Ya qu'a l' chercher ! qu'o dit Narcisse.

 

Et les volà tous trois à feurguouner dans les palisses, les érondes et les ortrughes. Mais l'hérisson était loin, ben' entendu !

 

-Fasez-mou vout' procès ! qu'o dit Narcisse. I veux pas qu'o souèye dit que l'futur maire, un' élu d'la Républlique, respecte pas la loi ! La jhustice douét ête la minme pr tout l'monde. Allez-y, écrivez, Brigadier !

 

Le brigadier écrit et Narcisse signe: "Narcisse Pibolon, voter Pibolon, ol'est choisir la Raison".

 

Là-dessus, chacun s'en va de son couté, le ghendarmes ac leur procès et Pibolon ac ses canets et ses pirons qui coummenciant à avoir soué, les paur' bêtes.

 

Les ghendarmes rouliant dèpis un moument, quand qu' au carrefour de Pied de Grole, le voyant sû l'couté dré d'la route, un p'tit grapiâd, Le Brigadier dounne un coup d'volant pr l'éviter, mais au minme moument arrive en face, pis que l'diab' à la descente, le thiuré sû sa bicykiette.

Coup de frein. Le thiuré a failli aller "à Versailles, i vous zou garantis !"

 

-Mais enfin mon fils, vous rouliez à gauche, ça ne se fait pas !

-Excusez, mon père, c'était pour éviter un crapaud! Ça va, vous n'avez rien ?

-Alors, Dieu vous pardonne. Non, non, tout va bien. Bonne journée, Brigadier !

-Bonne journée, Monsieur le Curé !

 

Tout ça, o s'est passé o ya bin trois ou quatre ans. Narcisse a pas été élu, mais l'attend teurjhous sa contravention !

 

AG

Réf. "Histouères dau villaghe de la Berlandrie" éd. PyréMonde

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Antoni 16/04/2012 08:06


J'adore, comme à chaque fois que tu nous fais faire un tour du côté de la Beurlandrie !!!


Excellente anecdote : je n'aurais que deux mots à ajouter : Votez Gautron...


Je me suis passé de la traduction en français : je suis un véritable expert, à présent.


Amitiés.

rosinda59 23/03/2012 19:06


je n'ai pas eu besoin de lire la traduction pour comprendre ton texte (LOL) mais cela ressemble un peu à notre patois du nord, en attendant superbe histoire. Et ton talent de conteur ne fait que
rajouter du piment au texte qu'il faut suivre de près et lire chacune des lignes avec attention.


Un gros bisous et merci pour ce bon moment


régine

Jer 17/03/2012 10:45


J'ai juste adoré cette histoire


Merci, bon week-end

ecureuilbleu 16/03/2012 18:50


Merci pour tes histoires toujours amusantes, Alain et amitiés.

gazou 16/03/2012 09:02


Le patois a une rondeur et une saveur que l'on ne retrouve pas dans le français d'aujourd'hui..Dommage!

Bonjour Et Bienvenue !

  • : La Plume Bleue
  • : La Plume bleue est un blog de poèmes et nouvelles écrits simplement au fil des jours, de l'actualité, des événements de la vie. Vous y trouverez également des textes en "parlanjhe" poitevin. Bonne visite !
  • Contact

 

Bonjour et bienvenue !

Alain GAUTRON    

 

 

Mon second blog :

02-banniere-cadre.jpg

 

Fables et écrits courts

 

 

 

vase-01.JPG

 

dessin PG 01

 

Guilde-fabulaire-02.jpg

 

 

 

  "La prose de la vie nous permet de survivre.

Mais vivre, c'est vivre poétiquement."

 

Stéphane HESSEL

(Le chemin de l'espérance)

 

Jean-Mauget-001.jpg

 

 

gyrovague-01.jpg

 

couverture

 

70 fables en vers

illustrées de photos en noir et blanc

par Yveline  (yg86)

150 pages

 

Ed. : TheBookEdition

 

Dans la rubrique "Rechercher un livre"

taper : FABLES

 

 

Pistil-logo.jpg

 

dyn007_original_150_153_gif_2568700_8474a34fc78041318210194.gif

 

à Line


Rechercher


L'homme d'un seul livre,

comment peut-il être libre ?

 

 

"Que la jeunesse y prenne garde !

Qu'elle n'aliène jamais sa conscience au bénéfice d'un parti, d'une idéologie, d'un homme !"

André Frossard


"La pollution de la planète n'est qu'un reflet extérieur d'une pollution psychique intérieure, celle de millions d'individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure." Eckhart Tolle

Aplumedor

Merci Line

 

 

gentillesse

 

Merci Sonya


 

Blog d'or
décerné par Lee Rony
le 30/07/09
Je le remercie
très chaleureusement.





Coeur de l'Amitié
Merci à
Bilitis
et Channig



Certificat
s
Merci à
Didier


certificat
prix-2010

Merci Emma

09122092229.gif
Merci Sissi
plume bleue

PARLANGHE POITEVIN

 

 


L’imaginaire hameau de La Beurlandrie, de la non moins imaginaire commune de Taupignac, véritable petit « Cloche-Merle » du Poitou, nous livre ici tous ses secrets. Dans une suite de courtes histoires reliées un peu à la manière d’un roman, l’auteur nous raconte, dans une langue truculente, les dires, les faits et gestes, les espoirs et les déboires de La Jheanne, La Simoune, Le Bicognard, La Grimaude, le thiuré, Sébastien l’facteur, et pi bin d’autes…
Alain Gautron est né en 1948 et a passé toute son enfance à Charroux. Dans ses textes, il retrouve son parler familial, le poitevin méridional commun au sud-Civraisien (sud de la Vienne) et au Ruffécois (Charente poitevine). — Préface d’Yves Gargouil, maire de Charroux et vice-président du Conseiller général de la Vienne.
En fin d’ouvrage, Eric Nowak propose une petite étude sur la langue de l’auteur, et la resitue dans l’ensemble poitevin et saintongeais.

Editions PyréMonde juillet 2009

 

Vient de paraître :

 

 

Patois 01 Nowak

 

blason-Poitou-Charentes.jpg

Tour Charlemagne

Catégories

Merci de votre visite !

 

 

 

rose notes

 

 


DIFFERENCES


Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

Notre Histoire est un long voyage ...

Les peuples ont mêlé leur sang.

Aberration, ce "Pur Lignage",

Celui dont tu te dis l'enfant !

 

N'es-tu pas Celte ou  fils de Rome,

D'Afrique, berceau des Humains,

Etre cosmopolite en somme,

Riche de tes parents lointains ?

 

Rien ici-bas n'est étranger,

Et si la haine fait recette,

C'est que notre oeil est abonné ...

Au petit bout de la lorgnette !

 

Mille couleurs et  non l'unique

Font tout le charme d'un décor.

Pourrait-on parler de musique

S'il n'existait qu'un seul accord ?

 

Ce sang qui coule dans nos veines

Porte en lui tous les souvenirs

De la grande Famille Humaine

Et tant d'Amour qui veut grandir !

 

Toi qui repousses l'étranger,

A son encontre qui fulmines,

Pourrais-tu, plutôt que juger,

Considérer tes origines ?

 

AG

A bientôt !

 

oiseau de l'amitié

 

 


couronne noel








musiciens-bretons.jpg

baudet.jpg

vaches.jpg

carte-paysanne.jpg

Ferrat 03

 

A.g-0001-copie-1.jpg